La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,18
    -276,11 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0024 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 411,01
    +24,02 (+0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    648,46
    +1,13 (+0,17 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Nouveau procès pour les Pakistanais blanchis pour le meurtre du journaliste Daniel Pearl

·2 min de lecture

Le procès en appel contre la décision de blanchir quatre hommes emprisonnés depuis 18 ans pour l’enlèvement et le meurtre du journaliste américain Daniel Pearl, correspondant du quotidien « The Wall Street Journal » disparu à Karachi en janvier 2002, s'est ouvert le 1er décembre. Alors qu’en avril, ils avaient été acquittés après des peines de perpétuité prononcées en 2002, ce procès qui se tient devant la Cour suprême d’Islamabad a été plusieurs fois repoussé.

Avec notre correspondante à Islamabad, Sonia Ghezali

La Haute cour de la province du Sind, dans le sud du Pakistan, a décidé en avril dernier d’annuler la condamnation à mort d’Ahmed Omar Saeed Sheikh. Il était incarcéré depuis 18 ans pour le meurtre de Daniel Pearl. Le tribunal avait décidé de commuer sa peine en sept années d’emprisonnement pour enlèvement.

Trois autres hommes, condamnés en 2002 à la perpétuité pour avoir revendiqué dans des mails l’enlèvement du journaliste, avaient été acquittés par la même cour de justice. Mais les quatre accusés ont été maintenus en détention après que la province du Sind, ainsi que les parents de Daniel Pearl, avaient fait appel de ces décisions.

Enquête remise en cause

Mercredi 2 décembre, les différents avocats doivent faire leurs déclarations préliminaires devant la Cour suprême d’Islamabad.

Daniel Pearl est disparu le 23 janvier 2002, alors qu’il enquêtait sur réseaux islamistes à Karachi après les attentats du 11 septembre 2001. Un mois après sa disparition, ses ravisseurs avait fait parvenir au consulat des États-Unis une vidéo montrant sa décapitation.

Ses proches remettent en cause l’enquête menée par les autorités pakistanaises, et une enquête indépendante met en cause un Pakistanais emprisonné dans la prison américaine de Guantanamo à Cuba, Khaled Cheikh Mohammed. Celui qui est le cerveau auto-proclamé des attentats du 11-Septembre aurait même confessé auprès d’un psychologue avoir décapité Daniel Pearl.