La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 015,10
    -124,15 (-1,74 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,62
    -76,52 (-1,82 %)
     
  • Dow Jones

    32 237,53
    +132,28 (+0,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,0763
    -0,0073 (-0,6781 %)
     
  • Gold future

    1 981,00
    -14,90 (-0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    25 432,96
    +115,47 (+0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    597,33
    -21,06 (-3,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    69,20
    -0,76 (-1,09 %)
     
  • DAX

    14 957,23
    -253,16 (-1,66 %)
     
  • FTSE 100

    7 405,45
    -94,15 (-1,26 %)
     
  • Nasdaq

    11 823,96
    +36,56 (+0,31 %)
     
  • S&P 500

    3 970,99
    +22,27 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    27 385,25
    -34,36 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    19 915,68
    -133,96 (-0,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2232
    -0,0057 (-0,4624 %)
     

Un nouveau pictogramme "femme enceinte" devrait faire son apparition sur les médicaments en 2024

wiki commons

Les pictogrammes « femmes enceintes » sont dans le viseur de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Apposés sur certaines boîtes de médicaments accompagnés de la mention « ce médicament + grossesse = danger » ou « ce médicament + grossesse = interdit », ils représentent la silhouette d’une femme enceinte de profil. De quoi dissuader les personnes vivant une grossesse de prendre le médicament en question. Et c’est un des problèmes abordés par le comité scientifique temporaire créé par l’ANSM pour améliorer l’information des femmes et des prescripteurs des médicaments, indique Legénéraliste.fr.

Le pictogramme est en effet arbitrairement apposé par les industriels pharmaceutiques, sans critères précis dictés par les autorités sanitaires. Et c’est bien le problème, car cela mène certaines femmes enceintes atteintes de maladies chroniques à suspendre leur traitement de leur propre chef, au risque de se mettre en danger ou de mettre en danger leur bébé. Certains médicaments plus classiques, comme l’aspirine, dont les boîtes sont décorées du fameux pictogramme, restent indiqués dans la prévention de la pré-éclampsie.

« De plus, le pictogramme n’apparaît pas sur tous les médicaments d’une même classe, ce qui ajoute encore à la confusion », ajoute la Société de pneumologie de langue française (SPLF), qui alertait dès 2017, date de la création du pictogramme, sur le risque encouru par les patientes asthmatiques enceintes qui arrêtaient leur traitement à cause du pictogramme. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment le Danemark veut stocker en mer du CO2 importé de l'étranger
Grève dans les raffineries : plus de 6% des stations-service à court de carburant
Raffineries : un sénateur propose de limiter le droit de grève à un jour par semaine
L'armée chinoise se focalise sur le combat urbain en vue d'une potentielle invasion de Taïwan
Héritage de Pelé : le testament mentionne sa femme, ses enfants et... une fille cachée ?