La bourse ferme dans 6 h 11 min
  • CAC 40

    6 105,84
    +32,49 (+0,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 569,33
    +36,16 (+1,02 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,28 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0589
    +0,0030 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    1 839,10
    +8,80 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    20 272,39
    -85,15 (-0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    467,98
    +14,08 (+3,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    106,99
    -0,63 (-0,59 %)
     
  • DAX

    13 277,70
    +159,57 (+1,22 %)
     
  • FTSE 100

    7 254,28
    +45,47 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,42 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 871,27
    +379,30 (+1,43 %)
     
  • HANG SENG

    22 229,52
    +510,46 (+2,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,2302
    +0,0033 (+0,27 %)
     

Un nouveau château se retire du classement de Saint-Emilion

La Gaffelière

Après Ausone, Cheval-Blanc et Angélus, c'est maintenant le château La Gaffelière qui se retire du classement, dont la nouvelle version doit être publiée en septembre, dix ans après celle de 2012.

Le château La Gaffelière, 1er Grand Cru Classé B de Saint-Emilion, a annoncé qu'il se retirait du classement décennal, devenant le quatrième grand nom de l'appellation bordelaise à rejeter ce système de plus en plus contesté.

Après les châteaux Ausone, Cheval-Blanc et Angélus, c'est un autre poids lourd historique de l'appellation qui se retire du classement, dont la nouvelle version doit être publiée en septembre, dix ans après celle de 2012.

Lire aussi

"On a été dégusté par des amateurs", a dit à l'AFP Alexandre de Malet Roquefort, dont la famille dirige depuis 300 ans ce château, qui produit 80.000 bouteilles annuelles sur 22 ha et figurait dans le classement de Saint-Emilion depuis ses débuts en 1955.

"Dégustateurs incompétents"

A l'origine de son mécontentement, une convocation devant les instances du classement pour s'expliquer sur son terroir et ses dégustations, mal notés avant la publication du palmarès 2022.

"Notre terroir n'a pas changé depuis 1955 !", s'est exclamé M. de Malet Roquefort, accusant "d'incompétence" les dégustateurs qui ont mieux noté son millésime 2013, "le pire depuis 20 ans", que ses grandes années.

"On n'avait pas envie de se défendre", a-t-il ajouté.

"Ils ont tort car ce classement est une preuve d'émulation pour notre appellation", a réagi Jean-François Galhaud, président du Conseil des vins de Saint-Emilion. "On a une quarantaine de dégustateurs. Quarante ne peuvent pas se tromper", a-t-il fait valoir à l'AFP, défendant "la totale probité" du classement dont est chargé l'INAO (Institut national de l'origine et de la qualité).

Critères contestables

Pourtant ce classement est de plus en plus contesté, notamment devant la justice, pour ses critères de sélection, accusés d'accorder trop de place à des "éléments secondaires" (notoriété, accueil du public...) au détriment des "fondamentaux" (terroir, dégustation...).

Pour ces raisons, les châteaux Ausone et Cheval-Blanc avaient déjà annoncé l'été dernier qu'ils ne postuleraient pas au proc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles