La bourse ferme dans 7 h 15 min
  • CAC 40

    6 246,47
    +12,33 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 003,06
    +9,63 (+0,24 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1990
    +0,0014 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 764,30
    -2,50 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    51 508,01
    -1 669,53 (-3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,32
    -6,62 (-0,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,50
    +0,04 (+0,06 %)
     
  • DAX

    15 336,07
    +80,74 (+0,53 %)
     
  • FTSE 100

    7 000,23
    +16,73 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    29 007,87
    +214,73 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,3747
    -0,0037 (-0,27 %)
     

La note de l'Insee qui fait très mal au CAC 40

·2 min de lecture

Selon une étude de l'Insee, les grandes entreprises ont détruit 246.300 emplois en France en une décennie. Les autres en ont créé 275.400. Un constat qui pose question alors que l'Etat déverse des milliards pour contrer le chômage de masse.

La note de l’, publiée le 18 février dernier, est passée largement inaperçue. Et pourtant elle pourrait relancer le débat sur le "ruissellement" de la richesse des entreprises du CAC 40 et de nos champions nationaux sur l’économie réelle, et sur l’emploi en particulier. Et ce, au moment même où l’Etat déverse des milliards d’argent public, via le , les fonds de solidarité et les garanties sur les prêts bancaires aux entreprises (PGE). Cette manne, censée protéger le pays d’une vague de faillites et de chômage massif est-elle bien "fléchée"?

La réponse est clairement non, selon . Pour le secrétaire national du Syndicat des indépendants et des TPE (SDI), il n’est pas trop tard: "Il est encore temps de placer les bonnes billes aux bons endroits, c'est-à-dire sur les entreprises créatrices d'emplois et de croissance. Nous échangeons avec les ministères à propos des plans de crise et de sortie de crise pour nos entreprises. Cette étude est l'outil objectif qui illustre nos combats depuis vingt ans."

246.300 emplois supprimés par les grandes entreprises

Alors, que dit cette fameuse étude? Sous un titre à la fois neutre et abscons ("", deux experts de l’Insee, nous expliquent tout bonnement que "les micro-entreprises, les PME et les ETI créent des emplois salariés, les grandes entreprises en suppriment". Pour arriver à ce constat, Hervé Bacheré et Benoît Mirouse, ont malaxé des millions de données sur une période longue (2008-2017). A l’arrivée, les chiffres sont implacables.

Sur la dite période, les grandes entreprises (celles qui emploient plus de 5.000 personnes et/ou réalisent plus de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel), ont supprimé 246.300 emplois. Pire, selon l’étude, elles ont contribué à déséquilibrer la répartition de l’emploi dans le pays puisqu’elles ont "supprimé plus de 1.000 emplois dans 80 zones d’emploi", alors qu'elles n'en ont créé que dans 40 zones, comme Toulouse, Nantes ou Lille. Bref, elles auraient accru le phénomène de "métropolis[...]

Lire la suite sur challenges.fr