La bourse est fermée

Note de frais au restaurant : l'impressionnant écart de prix Paris-Province

Que ce soit pour rendre visite à un client à l’autre bout du monde, utiliser un taxi en cas de grève des transports, ou encore se rendre au restaurant pour un rendez-vous business, les notes de frais sont un outil incontournable pour les salariés. Mais, force est de constater que l’usage qui en est fait pour les déjeuners d’affaires est bien différent, selon qu’on se situe à Paris ou en province . C’est ce que démontre une étude dédiée aux notes de frais des salariés français, publiée ce jeudi 12 septembre par Mooncard, fintech qui propose des cartes de crédit aux entreprises.

Ainsi, alors que la note médiane d’un salarié parisien au restaurant s’élève à près de 37 euros, elle est d’un peu moins de 13 euros pour une personne travaillant dans les Vosges. L’addition est même parfois encore plus salée en banlieue parisienne que dans la capitale : dans le département des Hauts-de-Seine, qui héberge notamment le quartier d’affaires de la Défense, le montant médian d’une note de frais au restaurant est de 40 euros. À noter : les salariés du Gard (Nîmes, Alès, Uzès, etc.), ont une note médiane de 35,5 euros, toute proche de celle des parisiens.

Autre trait distinctif régional : l’heure de fin d’un déjeuner d’affaires. “Si l’heure de fin d’un repas se situe en moyenne à 13h31 en France, on compte jusqu’à trois quarts d’heure de “décalage horaire gastronomique” entre Niort dans les Deux-Sèvres, où l’on finit de déjeuner en moyenne à 13h00, et Paris, où l’on règle l’addition à 13h42”, détaille l’étude de Mooncard. Les auteurs ne donnent pas, néanmoins, les raisons de cette différence horaire.

>> A lire aussi - Frais de repas : conditions de déduction et montant

La sobriété est de rigueur dans les secteurs de la santé, de la tech, des télécoms… et des médias

Qui dit déjeuner ou dîner d’affaires, dit aussi parfois petit verre de rouge, voire bouteille entière, suivant la descente de chacun : un repas sur dix serait alcoolisé. Sur ce point, l’étude nous apprend que ce sont les salariés

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Lafuma : comment la marque s'est relancée, au prix d'une complète réorganisation
Frais de repas
Huit cadres franciliens sur dix envisageraient de partir en province, selon une étude
Attention, les frais de retrait peuvent varier de 1 à 16 à l'étranger
Frais de repas : conditions de déduction et montant