Publicité
Marchés français ouverture 8 h 3 min
  • Dow Jones

    38 460,92
    -42,77 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    15 712,75
    +16,11 (+0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 460,08
    +907,92 (+2,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0700
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    17 201,27
    +372,34 (+2,21 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 878,96
    -2 100,21 (-3,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 386,66
    -37,44 (-2,63 %)
     
  • S&P 500

    5 071,63
    +1,08 (+0,02 %)
     

Normes environnementales: Emmanuel Macron veut une « pause », les écologistes montent au créneau

©Markus Spiske/Pexels

C’est une annonce qui ne passe pas du tout à gauche. Emmanuel Macron a déclaré que l’Union européenne avait une réglementation suffisamment exigeante en matière environnementale et qu’il n’était donc pas nécessaire de créer de nouvelles règles.

Une « pause » dans la création de règles environnementales européennes. Une tournure qui ne plaît pas du tout aux opposants d’Emmanuel Macron. Jeudi 11 mai, le chef de l’État présentait sa stratégie de réindustrialisation de la France devant ministres, chefs d’entreprises, élus et associations. Pour la gauche et les écologistes, cette phrase témoigne du manque d’ambition du président français en matière environnementale.

« Il faut assumer le fait qu'on ne veut pas seulement être un marché vert mais produire vert sur notre sol », a affirmé le chef de l’État à la fin de son discours. « Nous, on a déjà passé beaucoup de réglementations au niveau européen, plus que tous les voisins », se justifie le président français. Il a affirmé que l’Union européenne avait déjà une réglementation plus exigeante que les autres puissances mondiales.

Des propos qui fâchent les députés de gauche

Il a affirmé souhaiter une « pause ». « Moi j'appelle à la pause réglementaire européenne. Maintenant, il faut qu'on exécute, pas qu'on fasse de nouveaux changements de règles, parce que sinon on va perdre tous les acteurs. On a besoin de stabilité. (...) Sinon le risque c'est d'être les mieux-disant en termes de réglementation et les moins-disant en termes de financement », a-t-il poursuivi.

PUBLICITÉ

Jeudi soir, l’Elysée a apporté des précisions, indiquant à l’AFP que le président n’avait souhaité ni une suspension, ni un moratoire,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi