La bourse ferme dans 6 h 13 min
  • CAC 40

    6 535,08
    -43,52 (-0,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 069,55
    -33,04 (-0,81 %)
     
  • Dow Jones

    35 144,31
    +82,76 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1786
    -0,0022 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 795,40
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    31 595,84
    -1 080,70 (-3,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    884,44
    -31,05 (-3,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,83
    -0,08 (-0,11 %)
     
  • DAX

    15 485,89
    -133,09 (-0,85 %)
     
  • FTSE 100

    6 967,71
    -57,72 (-0,82 %)
     
  • Nasdaq

    14 840,71
    +3,72 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 422,30
    +10,51 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,3785
    -0,0038 (-0,28 %)
     

Normes auto européennes: 100.000 emplois menacés en France

·2 min de lecture

Luc Chatel, le président de la Plateforme automobile française va rencontrer Emmanuel Macron lundi avec les patrons de Renault et Stellantis. But: réclamer des aides massives pour éviter la casse sociale redoutée par les constructeurs à cause des normes écologiques européennes.

"La filière auto française pourrait perdre 32.000 emplois d’ici à 2025, 100.00 d’ici à 2035." Tel est le cri d’alarme poussé vendredi devant quelques journalistes par Luc Chatel. Certes, il s’agit "d’un scénario catastrophe", mais celui-ci est "envisageable", reconnaît le président de la Plateforme automobile française., directeur général de Renault estimait pour sa part le 7 juillet, lors d'une audition devant la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, qu’une transition trop rapide vers les véhicules électriques "menacerait 50.000 emplois" en France. Pour Claude Cham, ex-président de la Fiev (Fédération des industries des équipements pour véhicules). "15 à 35-40.000 emplois pourraient être perdus dans les deux ans". Une saignée, alors que constructeurs, équipementiers et carrossiers ont déjà perdu le tiers de leurs effectifs entre 2005 et 2018 (à 205.000 salariés) dans l’Hexagone.

Ce sont ces risques majeurs que Luc Chatel expliquera lundi 12 juillet à Emmanuel Macron lors d’une réunion de la filière avec les patrons de Stellantis et de Renault. L’enjeu est dramatique, alors que la va présenter mercredi 14 juillet ses nouvelles propositions de durcissement des normes anti-CO2 des véhicules. L'Union européenne avait décidé en 2019 d'une baisse drastique des émissions de CO2 des voitures neuves de 37,5 % entre 2021 et 2030. Mais, sous l'impulsion de son Parlement, l'Union va durcir les exigences moins de deux ans après. Celles-ci devraient entraîner une diminution de " -50 %, -60%", selon Luc Chatel, sur la même période ! Ce qui obligera à une électrification majeure des véhicules. Pour satisfaire à ces exigences, les "modèles électriques ou hybrides rechargeables devront donc représenter au minimum 50 % des ventes en 2030", souligne Le directeur de l'ingénierie de Renault précise que "les 50% restants devraient être le fait de véhicules hybrides non rechargeables ou à hybridation légère (48 volts)".

Electrification massive

Le Bipe, qui modéli[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles