La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 854,29
    -242,97 (-0,78 %)
     
  • Nasdaq

    11 277,12
    +149,27 (+1,34 %)
     
  • Nikkei 225

    26 423,47
    +269,66 (+1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0267
    -0,0157 (-1,51 %)
     
  • HANG SENG

    21 853,07
    +22,72 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    19 663,61
    +114,10 (+0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    435,26
    -4,77 (-1,08 %)
     
  • S&P 500

    3 817,91
    -7,42 (-0,19 %)
     

La Normandie s'unit sur le terrain de la réindustrialisation

Lou Benoist/AFP

De Rouen à Caen, les projets se multiplient pour faciliter les contacts entre PME locales et grands groupes pour relocaliser les productions. Un combat régional qui transcende les clivages politiques.

Une union sacrée. Malgré leur appartenance à des camps politiques opposés, le maire PS de Rouen et son voisin LR de Caen avancent main dans la main pour la réindustrialisation de . Le premier édile, Nicolas Mayer-Rossignol, fabiusien comme il se doit en Seine-Maritime, ouvre le bal avec la manifestation "Les 24 heures pour relocaliser", organisée par le think tank Relocalisations.fr, les 16 et 17 juin. L'objectif: tourner la page de l'incendie du site de Lubrizol de 2019 et des restructurations en chaîne à l'usine Renault de Cléon. La formule: mettre en relation des grands groupes tricolores avec des PME locales pour renforcer ou implanter des sites industriels.

Hackathon industriel

De son côté, le maire de Caen, Joël Bruneau, qui a ravi la ville à la gauche en 2014, lui emboîtera le pas avec un forum similaire dès septembre. Lui aussi veut dessiner un avenir au et aux PME qui maillent son territoire. "Le sujet des relocalisations s'est “relocalisé” au cœur de notre débat politique régional , remarque avec malice Nicolas Mayer-Rossignol, également ingénieur des mines de formation. Dès lors, on peut avoir des différences d'appréciation politique et partager la compréhension de cet enjeu majeur qu'est la réindustrialisation."

Le "hackathon" version industrielle qui s'ouvre le 16 juin vise, dans ce cadre, à accoucher de solutions concrètes. "Nous allons faire en sorte que la demande des groupes qui veulent relocaliser une partie de leur production en France rencontre l'offre que pourront formuler les " , détaille Frédéric Granotier, président de Rouen Normandy Invest. Avec une soirée complète pour entrer dans le détail des projets. "Il ne s'agit pas de rapatrier ex nihilo des fabrications de l'étranger , poursuit-t-il. Il est nécessaire de procéder à un re-engineering industriel complet du produit, afin de limiter les coûts de production, et de valoriser de nouveaux avantages, en termes écologiques par exemple."

Lui-même patron de Lucibel, qui produit des , a ouvert l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles