Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 682,24
    -103,21 (-0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 404,22
    -13,66 (-0,96 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0074 (-0,58 %)
     

Nordahl Lelandais : l’analyse glaçante de sa sexualité dévoilée par un expert psychiatre

Facebook

C’est un nom que les Français n’oublieront jamais. Depuis 2017, Nordahl Lelandais ne cesse de faire parler de lui. Après avoir bouleversé tout un pays avec les meurtres de la petite Maëlys, 8 ans, et du caporal Arthur Noyer, 23 ans, l’ancien militaire à la personnalité aussi obscure qu’insondable a fait l’objet d’une intense médiatisation. Et pourtant, il ne semble pas encore avoir livré tous ses secrets. C’est pourquoi l’émission Faites entrer l’accusé a décidé de lui consacrer son premier numéro de la saison. Diffusé dimanche 17 septembre 2023 sur RMC Story, cet épisode intitulé Les secrets de Nordahl Lelandais a donné la parole à de nombreuses personnes proches du dossier. Policier, avocat, juge, ou encore expert psychiatre se sont exprimés, tout comme les parents de la première victime, Didier et Cécile Noyer.

Au cours de l’émission, plusieurs acteurs de l’affaire Lelandais sont revenus sur la sexualité du meurtrier, qui a souvent soulevé des questions au fil de l’instruction. Notamment à cause de ses deux téléphones portables. Le premier était utilisé par Nordahl Lelandais pour la famille et les amis, tandis que le second était son “téléphone à filles”. Il s’en servait “pour la drague sur les applis de rencontres”, sur lesquels il se faisait appeler Jordan. Les messages y sont très équivoques. “On voit qu’il y a des échanges assez sexualisés, qu’il a une vie sentimentale assez riche. Il y passe beaucoup de temps, on a l’impression”, explique Gaëlle Bardosse, la juge d’instruction (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite