La bourse ferme dans 7 h 23 min
  • CAC 40

    4 572,36
    +1,24 (+0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 959,70
    -3,84 (-0,13 %)
     
  • Dow Jones

    26 519,95
    -943,24 (-3,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,1737
    -0,0012 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -1,50 (-0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    11 195,90
    -7,94 (-0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    259,85
    -12,84 (-4,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    36,71
    -0,68 (-1,82 %)
     
  • DAX

    11 594,94
    +34,43 (+0,30 %)
     
  • FTSE 100

    5 586,48
    +3,68 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    11 004,87
    -426,48 (-3,73 %)
     
  • S&P 500

    3 271,03
    -119,65 (-3,53 %)
     
  • Nikkei 225

    23 331,94
    -86,57 (-0,37 %)
     
  • HANG SENG

    24 586,60
    -122,20 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,3003
    +0,0016 (+0,12 %)
     

La nomination de Nathalie Roret à la tête de l'ENM divise les magistrats

franceinfo
·1 min de lecture

La défiance de la magistrature envers le ministre de la Justice et avocat Éric Dupond-Moretti est ravivée par l'ouverture d'une enquête administrative contre trois magistrats dans le dossier des écoutes de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy. Pour le garde des Sceaux, "on ne peut pas défendre la magistrature quand elle prend la fuite et n'assume pas ses responsabilités". Des mots durs accompagnés d'effet puisque le ministre annonce lundi 21 septembre la désignation d'une avocate, Nathalie Roret, à la tête de l'École nationale de la magistrature (ENM).

L'Union syndicale des magistrats très critique

"Une idée originale", selon Céline Parisot, présidente de l'Union syndicale des magistrats (USM) interrogée par franceinfo lundi, qui renchérit, non sans sarcasme : "C'est original de nommer quelqu'un qui ne sait pas exactement ce que l'on fait quand on est magistrat pour en diriger la formation". "Manifestement, c'est un coup de com'", déclare la magistrate, qui déplore la "méconnaissance des méthodes pédagogiques de l'ENM" du ministre de la Justice.

Selon Céline Parisot, Éric Dupond-Moretti cherche à "détourner l'attention de l'enquête du Parquet national financier, dans laquelle il a des intérêts privés et professionnels". Elle est heurtée par les prétextes avancés par le garde des Sceaux pour justifier cette nomination, un besoin (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi