La bourse ferme dans 1 h 28 min
  • CAC 40

    5 799,65
    +16,24 (+0,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 363,48
    +14,88 (+0,44 %)
     
  • Dow Jones

    29 503,39
    -87,02 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    0,9676
    -0,0012 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 652,60
    -3,00 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    19 821,55
    +111,26 (+0,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,72
    +6,62 (+1,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,62
    +0,88 (+1,12 %)
     
  • DAX

    12 335,50
    +51,31 (+0,42 %)
     
  • FTSE 100

    6 995,40
    -23,20 (-0,33 %)
     
  • Nasdaq

    10 981,25
    +113,33 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    3 698,30
    +5,07 (+0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0859
    +0,0002 (+0,02 %)
     

Le Nomars, le prochain bateau 100 % autonome

La Darpa, l'agence américaine de recherche du département de la Défense, vient d’annoncer qu’elle passe à la phase deux de son programme de bateau autonome Nomars (No Manning Required Ship). Le but est de repenser complètement les vaisseaux qui devront fonctionner entièrement sans êtres humains à bord. La Darpa compte déployer des flottes de navires autonomes pour soutenir les bateaux de la U.S. Navy.

La première phase était la sélection d’un concept, et c’est celui de Serco qui l’a remportée. L’entreprise britannique a développé une solution logicielle, DSX (Design Space Exploration), capable de prendre en compte les différents paramètres afin de générer une multitude de conceptions de navires. Les résultats ont ensuite été affinés afin d’arriver à une seule proposition, baptisée Defiant.

Des navires qui devront tenir un an sans maintenance

Defiant sera un bateau de 210 tonnes, de la classe Musv (vaisseau de surface moyen sans pilote). L’appareil doit pouvoir fonctionner durablement en mer sans le moindre équipage, avec un réapprovisionnement automatisé et une absence de maintenance pendant des missions longues.

Le programme Nomars s’appuie sur le concept de « dégradation gracieuse » où, grâce à la redondance des systèmes, la panne d’un équipement n’entraîne pas l’arrêt du bateau. Il doit pouvoir continuer à mener sa mission et se déplacer à une vitesse de 15 nœuds après avoir passé un an en mer. Les composants principaux du système devront être modularisés afin de pouvoir les changer facilement dans les chantiers navals pour yachts du monde entier. Dans la seconde phase, Serco devra finaliser, construire et tester son navire, avant de procéder à une démonstration en mer de trois mois.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura