Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 797,15
    +19,05 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    17 850,48
    -6,54 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0737
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 270,98
    -2 187,75 (-3,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,11
    -63,29 (-4,56 %)
     
  • S&P 500

    5 481,57
    +8,34 (+0,15 %)
     

No Comment : les premiers taxis autonomes autorisés à San Francisco

A San Francisco, une compagnie de taxis teste depuis 2021 ses premières voitures autonomes. Mais si jusque-là des employés de Waymo, accompagnaient les clients, la filiale d'Alphabet (la maison mère de Google) propose désormais des voitures sans chauffeur !

Les véhicules autonomes, exploités par Waymo et Cruise, propriété de General Motors, ont reçu l'autorisation d'un régulateur californien de circuler 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans toute la ville, sauf sur les autoroutes.

San Francisco est ainsi devenue la première grande ville à disposer de deux flottes de véhicules sans conducteur pleinement opérationnelles, ce qui, espèrent les entreprises, stimulera leur expansion ailleurs aux États-Unis.

Katherine Allen, une avocate de 37 ans, testeuse chez Waymo, ne cache pas avoir paniqué lors de son premier trajet.

PUBLICITÉ

Isaac, habitant de San Francisco et père au foyer, a quant à lui commandé sa première course sur l'application Cruise.

Son véhicule est arrivé rapidement. Mais au lieu d'emprunter l'itinéraire direct, qui aurait conduit à un supermarché en moins de cinq minutes, le trajet a suivi un long détour inexpliqué.

"Je trouve étrange que le volant tourne [...]. C'est un peu fantomatique", observe Isaac alors que la voiture s'éloigne pour reprendre la route.

"Je suis impressionné. Elle freine bien. Elle n'est pas du genre à freiner brusquement et à accélérer très vite", ajoute Isaac.

Vingt minutes plus tard, le taxi est finalement arrivé à destination, mais s'est garé assez loin du magasin, probablement à cause des travaux.

Isaac n'est pas découragé pour autant : "C'était génial. Je le referais n'importe quand."

"C'est très paisible. Il n'y a pas de bavardage. Il n'y a pas de station de radio bizarre qui joue de la musique au hasard", observe-t-il.

Et si c'était au même prix qu'un Uber, "j'opterais pour le robot parce que je suis un peu antisocial".

Assumant son rôle de testeuse, Katherine Allen a actionné le bouton d'urgence "se ranger" et le véhicule s'est déporté en toute sécurité sur le côté, comme prévu.

La reprise du voyage s'est avérée difficile. Les conducteurs humains n'ont eu aucune pitié pour un robot qui voulait reprendre le volant.

Jusqu'à présent, la plupart des incidents ont concerné des véhicules arrêtés sur la route.

Les autorités locales ont néanmoins demandé à Cruise de réduire de moitié sa flotte à San Francisco (50 voitures actives le jour et 150 la nuit), le temps d'enquêter sur deux collisions survenues la semaine dernière, dont une avec un camion de pompiers.

Waymo dit avoir plus de 100 000 personnes sur sa liste d'attente.