La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2118
    -0,0050 (-0,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 815,37
    -1 062,98 (-3,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    627,90
    -12,02 (-1,88 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

Niva, l’arme de Luca pour sauver Lada

·2 min de lecture

Luca De Meo ambitionne de repositionner les marques du Groupe Renault. Voilà qui fait de la Niva antédiluvienne la clé improbable de l’affirmation de l’identité de Lada et de la salvation de son constructeur, AvtoVAZ.

La rumeur court depuis deux jours : l’ancienne Régie nationale des Usines Renault s’apprêterait à ressusciter deux de ses vieilles gloires, à savoir la Renault 5 (produite de 1972 à 1985) et la Renault 4, la fameuse “Quatrelle” qui fut mise à la retraite en 1992, après 31 ans de bons et loyaux services. L’intérêt de cette manœuvre serait double. Sous l’impulsion de son nouveau patron, Luca De Meo, la firme au Losange doit tout à la fois amorcer une montée en gamme sur le segment des voitures moyennes () et lancer une petite auto électrique à moins de 20.000 euros. Or, cette dernière pourrait prendre la physionomie d’une R5 modernisée, appuyée d’une version encore moins chère qui évoquerait la 4L. Sa légendaire simplicité et sa construction légère cadrent bien avec l’idée que le citadin se fait d’une auto économe en matières comme en énergie.

Si la presse spécialisée donne un tel crédit à la rumeur de la résurrection de la R5 et de la R4, c’est que ce projet cadre parfaitement avec la conviction que s’est faite Luca De Meo de la nécessité pour chaque marque du Groupe Renault de cultiver sa différence. Sans sombrer dans le passéisme ni tomber dans la facilité du style néo rétro, il serait possible de tirer profit de la bienveillance que suscite le souvenir de certaines Renault d’antan — et pas seulement chez nous, en France. Une manière de rendre aux voitures de Guyancourt un peu de cette saveur gauloise qui semble avoir été délayée par leur union avec les Nissan japonaises et la volonté de plaire au plus grand nombre.

Lada exploite la popularité du Niva pour développer une gamme de SUV et de 4x4

Cultiver son identité pour marquer sa différence au sein de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ? Message reçu cinq sur cinq par AvtoVAZ, passé sous le contrôle du Groupe Renault en 2012. Le premier constructeur automobile russe a officiellement annoncé hier le retour de l’appellation Niva sur son modèle fétiche, un petit 4x4 incroyablement rustique produit sans discontinu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A l'arrêt partout, Renault triomphe en Russie où il a investi chez Avtovaz (Lada)Lada (Renault) récupère son 4x4 fétiche, le NivaRenault veut lancer Lada sur l'Afrique et le Moyen-OrientLada réfléchit à un nouveau Niva 4x4 Luca De Meo, le bouillant DG de Renault, recrute les talents à tout-va