Marchés français ouverture 1 h 34 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 664,16
    +117,11 (+0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,0447
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    20 423,78
    +473,57 (+2,37 %)
     
  • BTC-EUR

    29 028,60
    -318,77 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    680,72
    +438,05 (+180,50 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Comment Nissan va prendre part au projet de scission de Renault

Une réunion du Conseil opérationnel de l'Alliance se tiendra le 17 mai. Luca De Meo confirme que des discussions vont être engagées sur le projet de scission de Renault. Le groupe français annonce étudier la création d’une entité Véhicules électriques et Software en France et une autre, en-dehors, réservée aux moteurs thermiques et hybrides.

se scinde en deux! Le groupe "étudie la création d’une entité Véhicules électriques et Software en France", annonce un communiqué du constructeur tombé ce jeudi en fin d’après-midi. L’entité dédiée au véhicule électrique pourrait "rassembler plus de 10.000 salariés à horizon 2023". Cette entité autonome aurait vocation à nouer des partenariats dans les nouvelles technologies ou les services.

Technologies plus traditionnelles de moteurs thermiques et hybrides

En parallèle, étudie également l’opportunité de rassembler ses activités et ses technologies plus traditionnelles de moteurs (et transmissions) thermiques et hybrides basées hors de France au sein d’une entité spécifique. Renault a pour "objectif de renforcer le potentiel de ses technologies mais également de contribuer au développement des carburants à faibles émissions, GPL ...", poursuit la firme au losange. 10.000 salariés - hors de Franceseront concernés.

Luca De Meo avait évoqué en avril dernier l’intention du constructeur français de créer ces deux entités séparées. Le projet de scinder les activités électriques "pourrait signifier une cotation à part" en Bourse, avait alors confirmé le directeur général de Renault. L'idée est évidemment de faire croître la valorisation de Renault, extrêmement faible (6,55 milliards d'euros à peine). Le constructeur avait évoqué pour la première fois ces options en février dernier.

Ouverture à l'allié Nissan au coeur de la réunion du 17 mai

Une réunion du Conseil opérationnel de doit se tenir le 17 mai à Yokohama, siège du constructeur nippon. Luca De Meo y accompagne pour la première fois son président Jean-Dominique Senard. Histoire de resserrer les liens, passablement distendus, des trois partenaires. Luca De Meo a notamment confirmé au journal Nikkei que des discussions allaient être engagées entre les trois constructeurs sur le projet de scission de Renault. Nissan pourrait en effet prendre une participation. Luca De Meo avait évoqué en avril une entrée éventuell[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles