Marchés français ouverture 6 h 5 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 557,69
    +10,64 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0455
    +0,0016 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 833,87
    -1 107,70 (-3,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    674,70
    +432,02 (+178,02 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Nissan se redresse (un peu) avec un profit deux fois plus gros que Renault

Nissan est enfin redevenu rentable avec un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros, treize fois inférieur à celui de son compatriote Toyota ! Il est en revanche deux fois supérieur aux 888 millions d'euros affichés par Renault.

sur son exercice annuel 2021-2022 (1er avril-31 mars). Une première depuis l’année fiscale 2018-2019 ! Même si le bénéfice net à 215,5 milliards de yens (1,6 milliard d'euros) demeure treize fois inférieur à celui de son compatriote Toyota ! Il est en revanche deux fois supérieur à celui de son allié (888 millions d'euros en 2021). Le résultat n’en constitue pas moins un énorme progrès par rapport à la lourde perte nette de 3,6 milliards d’euros sur l’exercice fiscal 2020-2021. La firme de Yokohama avait même cumulé 9,5 milliards d’euros de déficit net sur deux ans !

Petite marge opérationnelle

Le constructeur contrôlé par Renault (à hauteur de 43,4%) a aussi enregistré un bénéfice opérationnel de 247 milliards de yens (1,85 milliard d’euros). Soit une marge de 2,9% (3,6% pour Renault), encore faible. Très loin du 6,5% de 2015 ou mieux du 9,2% de 2005 ! Le chiffre d’affaires était en hausse de 7% à 8.424 milliards de yens (62,5 milliards d'euros). Les ventes en volumes ont régressé de 4% seulement à 3,87 millions d’unités, dont 1,38 million en Chine, 1,18 million en Amérique du Nord, 428.000 au Japon, 340.000 en Europe. L’année précédente, Nissan avait enregistré un résultat opérationnel négatif de 1,2 milliard (marge de -1,9%).

S’il a profité de la chute du yen, un effet de change qui dope artificiellement les recettes des entreprises japonaises réalisées à l'étranger, affirme avoir tiré les fruits de sa restructuration. Nissan s’était engagé dans un plan draconien, "Nissan Next", en mai 2020. Le Japonais devait réduire d'environ 20% ses capacités mondiales de production avant la fin de l'exercice 2023-2024. Il avait alors notamment annoncé la fermeture de son usine d’utilitaires historique à Barcelone, comptant 3.000 salariés. Nissan préférait porter ses principaux efforts sur le Japon, la Chine et l'Amérique du Nord, ses trois marchés-clés. Nissan s'était déjà lancé, avant la pandémie, dans un premier plan de restructuration destiné à réduire ses capacités de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles