La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    15 157,61
    +306,04 (+2,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Nissan réaffirme son tandem avec Mitsubishi Motors

Source AFP
·1 min de lecture
Derrière les logos, une alliance à trois à la confiance réaffirmée.
Derrière les logos, une alliance à trois à la confiance réaffirmée.

Nissan a démenti lundi des informations de l'agence Bloomberg selon lesquelles le constructeur automobile japonais envisagerait de réduire sa participation au capital de son compatriote Mitsubishi Motors, dont il détient 34 % depuis 2016. « Il n'y a pas de plan pour changer la structure de capital avec Mitsubishi », a réagi Nissan dans une brève déclaration transmise à l'AFP. Une source proche de Nissan a encore enfoncé le clou : une telle décision n'aurait « ni queue ni tête », a-t-elle estimé auprès de l'AFP.

Cela obligerait en effet Nissan à passer des dépréciations importantes, car la capitalisation boursière de Mitsubishi Motors s'élève actuellement à 300 milliards de yens seulement (2,4 milliards d'euros), à peine plus que les 2,1 milliards d'euros déboursés en 2016 par Nissan pour racheter 34 %. Par ailleurs, « Nissan n'a pas de problèmes de liquidités », a rappelé cette même source.

Fin septembre, le groupe disposait d'un matelas confortable de trésorerie et équivalents de près de 2 500 milliards de yens (20 milliards d'euros). Il a notamment émis en septembre deux emprunts obligataires géants, en dollars et en euros.

Mitsubishi Motors a aussi démenti : « Il n'y a pas de discussions sur une révision de notre relation capitalistique » avec Nissan, a affirmé à l'AFP une porte-parole du groupe.

Selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg, Nissan redouterait d'être durablement plombé par Mitsubishi Motors, lui aussi dans le rouge et dont le r [...] Lire la suite