La bourse ferme dans 29 min
  • CAC 40

    6 680,67
    -31,81 (-0,47 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 944,20
    -18,21 (-0,46 %)
     
  • Dow Jones

    34 115,34
    -231,69 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0404
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    1 744,80
    -9,20 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    15 542,51
    -514,38 (-3,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,28
    -2,01 (-0,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,45
    -0,83 (-1,09 %)
     
  • DAX

    14 420,55
    -120,83 (-0,83 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,26
    +7,59 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 135,34
    -91,01 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    3 992,53
    -33,59 (-0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2043
    -0,0048 (-0,40 %)
     

Nissan, en plein bras de fer avec Renault, affiche de faibles profits

ANDRONIKI CHRISTODOULOU

Nissan relève ses prévisions de profit annuel. Mais ses marges devraient encore rester très faibles (3,3%) cette année, inférieures à celles de Renault.

Nissan n’est pas tellement en forme. Certes, il a relevé légèrement ce mercredi 9 novembre ses prévisions de résultats annuels, grâce notamment à des effets de change positifs liés à la chute du yen. Le partenaire nippon de Renault table ainsi désormais sur un bénéfice net de 155 milliards de yens (1 milliard d'euros au cours actuel) pour son exercice 2022. Et ce, malgré une charge exceptionnelle d'environ 100 milliards de yens (680 millions d'euros) liée au retrait de Nissan du marché russe, annoncé en octobre. Le bénéfice serait toutefois en... chute sur un an. Il se montait encore à 1,6 milliard d’euros en 2021-2022. Nissan vise par ailleurs un bénéfice opérationnel revu à la hausse par rapport aux prévisions de plus d’un tiers à 360 milliards de yens (2,4 milliards d’euros), avec une marge prévisionnelle de 3,3%. C’est certes mieux que l’an dernier (2,9%). Mais le japonais devrait encore afficher l'une des plus faibles marges de l'auto mondiale. Son actionnaire de référence Renault n'affichait-il pas 4,7% de marge opérationnelle hors Russie au premier semestre 2022? Nissan compte vendre 3,7 millions de véhicules à peine sur l’exercice actuel, alors qu’il anticipait 4 millions jusqu’ici.

Bref, malgré sa santé recouvrée par rapport à l’exercice 2020-2021 (perte de 3,6 milliards d’euros), Nissan demeure très à la traîne. Il est loin le temps où Carlos Ghosn, directeur général de Nissan en 1999 passé président en 2000, faisait la leçon aux autres constructeurs. La firme de Yokohama passait alors il est vrai pour un exemple. En 2005, Nissan n'engrangeait-il pas une marge opérationnelle de 9,2%? Mais, depuis 2015-2016, c’est la dégringolade. La marge de Nissan était encore de 6,5% sur cet exercice. Mais elle est passée à… 2,7% seulement en 2018-2019, après l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon en novembre 2018. Les dirigeants actuels de Nissan imputent en particulier cette descente aux enfers à la volonté de Carlos Ghosn de faire de l'Alliance le numéro un automobil[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi