La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 116,75
    -732,99 (-1,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Nintendo contre Sony : la lente (et difficile) conception de la PlayStation

·1 min de lecture

Dans l’épisode précédent, nous avons découvert la saga Nintendo et le long chemin qui a mené l’entreprise vers le succès avec ses premiers jeux vidéo. Dans ce troisième opus, nous nous retrouvons dans les bureaux de son futur concurrent : Sony. Et là aussi, rien n’est gagné.

En effet, dès sa naissance, le projet de PlayStation est fragile. La raison ? Le fichu caractère de son principal défenseur, Ken Kutaragi, ingénieur chez Sony. Celui-ci n’est pas apprécié en interne : après tout, il rêve depuis toujours de lancer une console de jeu, un objet que beaucoup de ses collègues considèrent comme low-tech, un jouet pour enfant qui n’a pas sa place au milieu des produits hautement technologiques qui ont fait la réputation de Sony dans le monde entier. Et sa dernière colère le fragilise un peu plus : il ne veut pas entendre parler du design révolutionnaire qu’on lui propose pour la manette de la console… alors que le président de Sony lui-même l’a approuvé.

Le design de la manette n’est pas le seul obstacle que rencontre Sony. Alors que le lancement de la PlayStation approche, Kutaragi n’a toujours pas réussi à trouver d’éditeurs qui acceptent de créer des jeux pour une nouvelle console. Or sans jeu valable à proposer, la console n’a aucune chance de séduire le public. Il est temps pour Kutaragi de réagir, d’autant que Nintendo le sait.

>> Écoutez le troisième épisode de notre série

Dans le prochain épisode, nous verrons que Sony a du mal à rattraper Sega, alors que la PlayStation est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pétrole : vers un fort rebond de la demande mondiale ?
Pegasus : Apple colmate la faille exploitée par le logiciel espion
Axa s'engage à racheter jusqu'à 319,4 millions d'euros de ses propres actions
Facebook : certaines personnalités exemptes des règles sur la modération
Yuka de nouveau condamné face à un industriel de la charcuterie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles