La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 171,34
    +196,07 (+0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Nigeria : ce que l'on sait de l'attaque jihadiste qui a fait au moins 110 morts

franceinfo avec AFP et Reuters
·1 min de lecture

Le bilan du massacre survenu samedi 28 novembre dans le nord-est du Nigeria continue de s'alourdir. Selon un bilan des Nations unies, au moins 110 civils ont été tués par des membres présumés de factions jihadistes, ce qui en fait l'attaque la plus meurtrière menée contre des civils cette année dans cette région. Les faits se sont déroulés en pleine journée. Franceinfo revient sur massacre commencé samedi matin dans le village de Zabarmari et qui s'est poursuivi dans une rizière située à moins de dix kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno.

Des paysans ciblés

Samedi, "en début d'après-midi, des hommes armés sont arrivés à moto et ont mené une attaque brutale sur des hommes et des femmes qui travaillaient dans des champs à Koshobe", a déclaré dimanche le coordinateur humanitaire de l'ONU au Nigeria, Edward Kallon. "Au moins 110 civils ont été froidement tués, et de nombreux autres blessés dans cette attaque". Figurent parmi les victimes des dizaines d'ouvriers agricoles originaires du Sokoto, état du nord-ouest du Nigeria, qui s'étaient rendus au Borno pour trouver du travail dans les rizières.

"Nous avons retrouvé 43 corps sans vie, tous ont été égorgés", a déclaré dimanche Babakura Kolo, responsable d'un groupe d'autodéfense pro-gouvernemental ayant participé à l'évacuation des victimes. "C'est sans aucun doute l'œuvre de Boko Haram, qui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi