La bourse ferme dans 5 h 8 min
  • CAC 40

    6 263,97
    +29,83 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,07
    +23,64 (+0,59 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1989
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 772,80
    +6,00 (+0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    50 864,80
    -2 014,06 (-3,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 356,26
    -24,69 (-1,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,65
    +0,19 (+0,30 %)
     
  • DAX

    15 408,29
    +152,96 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 031,88
    +48,38 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3784
    0,0000 (-0,00 %)
     

Nigeria: libération des lycéennes enlevées fin février dans l’État de Zamfara

·2 min de lecture

Au Nigeria, les jeunes filles qui avaient été capturées vendredi dernier dans leur pensionnat de Jangebe, dans l'État de Zamfara, ont été libérées ce mardi matin à l’aube. Elles sont au nombre de 279, selon les autorités locales qui parlaient au début de 317 captives. Les lycéennes ont été reçues par le gouverneur local avant le lever du jour.

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

La cérémonie qui s’est déroulée, ce mardi 2 mars au matin dans les locaux du gouvernement de Zamfara, ressemblait en tout point à celle qui a suivi la libération des jeunes de Kankara en décembre ou des lycéens de Kagara samedi dernier. Le gouverneur, Bello Mattawale, a reçu les ex-otages en grande pompe et salué leur libération dans un discours officiel. Mais, une fois de plus, on ne sait rien des conditions de leur libération.

Comme ses homologues des États de Niger et Katsina avant lui, le gouverneur de Zamfara assure qu’aucune rançon n’a été versée aux ravisseurs des lycéennes – même s’il est permis d’en douter. Le président Muhammadu Buhari a lui-même abordé le sujet plusieurs fois ces derniers jours. Et ce matin, le chef de l’État s’est dit « rempli de joie » à l’annonce de la libération des écolières. Il a aussi rappelé que « le paiement de rançons va continuer à faire prospérer le kidnapping ».

Ce week-end, le chef de l'État avait critiqué à demi-mot les récompenses accordées aux chefs de groupes criminels de la région lorsqu’ils acceptent de rendre les armes. Ces accords d’amnistie aux termes opaques pourraient avoir attisé récemment la rivalité entre les très nombreux gangs locaux. Ce serait une explication possible à la multiplication des kidnappings ces derniers temps dans le nord-ouest du Nigeria.