La bourse est fermée

Comme Nicolas Sarkozy, Guillaume Pepy vient à la rescousse d’Arnaud Lagardère

Guillaume Pepy ne sera pas resté très longtemps au repos. Mardi, le comité des nominations et rémunérations du groupe Lagardère devait se réunir afin de valider l'entrée au conseil de surveillance du groupe de l'ancien dirigeant de la SNCF, selon une information obtenue par L'Obs. Il rejoint donc une autre personnalité bien connue des Français, elle aussi fraîchement nommée : Nicolas Sarkozy. Leur entrée en service auprès d'Arnaud Lagardère doit par la suite être validée lors d'un conseil de surveillance prévu pour jeudi matin, avant d'être officialisée dans la soirée lors de la publication des résultats de l'exercice comptable de l'année 2019.

>> À lire aussi - Lagardère vend Lagardère Sports et poursuit son recentrage

Quelle sera la mission de Guillaume Pepy chez Lagardère ? Selon certaines sources en interne, il devrait notamment oeuvrer au sein d'une des deux branches d'activité principales du groupe : le travel retail. Il s'agit là de gérer les boutiques du groupe implantées dans des lieux de transports, dont des gares ferroviaires, précise l'hebdomadaire. De leur côté, Les Échos indiquent que l'ancien patron de la SNCF devrait aussi présider le comité stratégique de l'entreprise.

Une guerre entre Arnaud Lagardère et Amber Capital

Mais surtout, l'arrivée de Guillaume Pepy au sein du groupe intervient alors que le grand patron, Arnaud Lagardère, est en conflit depuis plusieurs années avec un fonds activiste, Amber Capital, entré au capital de la société en 2016. Ce fonds possède actuellement 10,58 % du groupe ainsi que 7,93 % de droits de vote, alors qu'Arnaud Lagardère, soupçonné d'être très endetté, ne détient que 7,33 % du capital du groupe, et 10,93 % des droits de vote, rappelle L'Obs. Amber Capital est au final le second actionnaire principal du groupe.

>> À lire aussi - Arnaud Lagardère lesté par une dette faramineuse, il cherche à rassurer

Amber Capital a insisté pour recentrer les activités de Lagardère autour de l'édition et du travel retail. Aujourd'hui, le

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le lingot d'or se hisse à 50.000 euros, porté par le coronavirus
Coronavirus : l'Assurance maladie obligée d'indemniser les personnes confinées
Marseille, championne de la gabegie immobilière
Chine, Thaïlande, Vietnam… les réservations de voyages vers l’Asie s’effondrent en France
Les SUV bientôt interdits de pub télé ?