Marchés français ouverture 7 h 36 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1973
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    52 773,88
    -203,60 (-0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 397,85
    +16,90 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Nicolas Sarkozy condamné : un tweet de 2015 met l'ancien Président dans l'embarras

·2 min de lecture

Nicolas Sarkozy aurait peut-être dû tourner sept fois ses doigts autour du clavier avant de prendre la parole sur les réseaux sociaux. L'ancien président de la République a été condamné lundi 1er mars 2021 à trois ans d'emprisonnement dont une année ferme. Le mari de Carla Bruni - qui a violemment réagi à sa condamnation, a été reconnu coupable de corruption et de trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes Bismuth". Une décision que l'ex-chef de l'État redoutait depuis des années et contre laquelle il compte faire appel. En attendant, le nom du prédécesseur de François Hollande est sur toutes les lèvres. Les articles et autres documentaires le concernant sont pléthores. Nos confrères de BFMTV ont même retrouvé un tweet de Nicolas Sarkozy datant de 2015 où celui-ci écrivait : "Je souhaite qu'il n'y ait pas de mesure d'aménagement de peine pour les peines supérieures à 6 mois". Propos qui ont très vite été repris par des milliers de twittos.

Nicolas Sarkozy, qui s'est vacciner en février 2021 sans pour autant révéler les raisons de son passe-droit, se retrouve donc dans une situation contradictoire et particulièrement ironique. Si son appel suspend un temps sa pénitence, l'auteur du Temps des tempêtes se serait alors lui-même condamné. Heureusement pour lui, la parole de l'ancien Président de l'Union pour un Mouvement Populaire n'avait pas fait mouche.

Depuis le 24 mars 2020 et la nouvelle loi de la Réforme de la Justice stipule que les peines entre un et six mois doivent être "obligatoirement aménagées, sauf impossibilité tenant à la personnalité ou à la situation du condamné".Pour celles qui vont de six mois à un an, elle "doivent être également aménagées, si la personnalité et la situation du condamné le permettent, sauf impossibilité matérielle. En revanche plus d'aménagement possible celles qui excèdent plus d'une année. Autrement dit, Nicolas Sarkozy, s'il est de nouveau condamné en appel, aura une peine aménagée avec port d'un bracelet électronique.

À lire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite