La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    51 980,47
    +116,69 (+0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Nicolas Sarkozy condamné : la réaction de sa belle-mère Marisa Bruni Tedeschi

·2 min de lecture

Nicolas Sarkozy se souviendra longtemps du lundi 1er mars 2021 : après des années de combat juridique, l'ancien président de la République était condamné dans l'affaire dite des écoutes. Et la sentence est lourde : trois ans de prison, dont un ferme. Du jamais vu pour un ancien locataire de l'Élysée. Pourtant, mercredi 3 mars, l'homme politique de 66 ans se montrait combatif dans une interview accordée au Figaro : "J’ai ressenti l’injustice profonde, choquante, des procédures lancées contre moi depuis dix ans". Désireux de blanchir sa réputation, Nicolas Sarkozy l'affirmait d'ailleurs : il ne se refusera rien. "J’ai fait appel de la décision, peut-être faudra-t-il que ce combat s’achève devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Ce serait pour moi une souffrance que d’avoir à faire condamner mon propre pays, mais j’y suis prêt car ce serait le prix de la démocratie", expliquait-il. Heureusement, dans cette épreuve, celui qui a aussi tenu à défendre sa vaccination anticipée contre la Covid-19, est bien entouré.

L'ancien président de la République n'est en effet pas seul à mener ce combat. Son épouse Carla Bruni avait, quelques heures après le verdict, tenu à lui adresser un message. Sur Instagram, l'ancienne top-modèle avait posté un cliché d'elle en compagnie de son époux, qu'elle avait légendé : "Quel acharnement insensé mon amour... Le combat continue, la vérité fera jour". Mais Carla n'est pas la seule membre du clan Bruni qui a pris la défense de Nicolas Sarkozy. En effet, la mère de Carla, Marisa Bruni Tedeschi, a elle aussi adressé un message à son gendre. C'est également sur Instagram que l'actrice de 90 ans s'est offusquée du verdict, que l'ancien chef de l'État a commenté au JT de 20 heures de TF1. "Ils auront honte. Ils ne connaissent pas le mot respect", a-t-elle écrit dans un premier message avant de continuer : "Dommage qu'Émile Zola ne soit pas là. Tu les écraseras". Visiblement remontée, la nonagénaire a ensuite lâché une métaphore des plus (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite