La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 114,90
    -177,62 (-0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Nicolas Mayer-Rossignol : "Avec Faure, plus personne ne sait ce que pense le PS"

AFP

INTERVIEW - Très critique sur la ligne d'Olivier Faure qu'il accuse d'avoir cédé au "social-populisme" de Jean-Luc Mélenchon, le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, en lice pour le Congrès du Parti socialiste, se confie à Challenges.

A soixante-douze heures du premier tour de scrutin pour désigner le nouveau Premier secrétaire du PS, la tension monte dans les différentes écuries socialistes. Porteur du texte d'orientation n°3 "Refondations" et principale menace pour Olivier Faure, le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol lâche ses coups dans un entretien à Challenges. Illisibilité, manque de crédibilité, risque de scission... L'élu, proche d'Anne Hidalgo, dresse les torts de la direction actuelle du Parti socialiste, coupable, selon lui, de s'être alignée sur les positions "social-populistes" de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, conduisant inexorablement à l'effacement de sa famille politique.

Challenges : Dans cette élection, Olivier Faure est le tenant d'une ligne, celle de l'union avec la gauche derrière la Nupes. Entendez-vous renoncer à la Nupes ? Et pourquoi ? Existe-t-il vraiment une alternative ?

Nicolas Mayer-Rossignol : Le premier problème du Parti socialiste, c'est que plus personne ne sait ce qu'il pense, ni sur les retraites ni sur l'Europe, ni sur le logement ou la sécurité... Donc notre premier objectif, c'est de redéfinir et refonder le socialisme par lui-même, et pas seulement par des accords d'appareil. Nous savons bien que ce n'était pas suffisant, car nous avons perdu, y compris les dernières législatives. Nous sommes pour l'union de la gauche, mais pas au détriment de nos valeurs. Sur l'Europe, par exemple, nous sommes critiques de certaines orientations bruxelloises, mais nous ne voulons ni sortir de l'OTAN ni de l'Europe de la défense et nous sommes pro-européens. Donc nous ne ferons pas campagne avec la France insoumise, dont les positions sont fondamentalement opposées aux nôtres. Autre exemple : l'affaire Quatennens. Adrien Quatennens va peut-être revenir dans la Nupes. Si c'était le cas, je demanderais à notre groupe de députés de se prononcer sur la sortie de la Nupes. Pour résumer notre rapport à la France insoumise : alliés mais pas alignés. Olivier Faure,[...]

Lire la suite sur challenges.fr