La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 238,77
    -504,05 (-1,45 %)
     
  • Nasdaq

    13 382,12
    -19,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    +0,0028 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 289,69
    -1 256,86 (-2,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 503,78
    +1 261,10 (+519,66 %)
     
  • S&P 500

    4 148,86
    -39,57 (-0,94 %)
     

Nicolas Hulot raconte comment il a découvert le corps de son frère, après son suicide, au réveillon de Noël

·1 min de lecture

C’est un ouvrage difficile que vient de publier Elisabeth Bost le jeudi 22 avril 2021. En effet, dans Grandir avec l'absence (ed. Robert Lafont), la journaliste a recueilli de durs témoignages de personnalités ayant perdu un membre de leur famille trop tôt. Clémentine Autain, Nicolas Batum, Sarah Biasini, Cali, Élie Semoun, Jean-Pierre Elkabbach, Anne Goscinny… mais aussi Nicolas Hulot. "Ton père est mort" ou "Maman ne reviendra plus", de terribles phrases qui ont changé leur vie à jamais. Ils ont tous perdu ce modèle dans leur vie, leur père ou leur mère. Dans ce livre, la journaliste transpose ainsi la difficulté de se construire en étant orphelins. Ainsi, l'ancien ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie témoigne, car il était encore adolescent lorsqu'il a perdu son père. "Je venais d'avoir quinze ans quand mon père est mort. Si jeune, vous avez besoin de la présence paternelle", explique-t-il dans l'ouvrage d'Elisabeth Bost, comme le relate Purepeople. Mais ce n’est pas le seul souvenir terrible de mort qui le hante. En effet, Nicolas Hulot garde un souvenir concernant la mort de son frère "qui, lui, reste indélébile" : la découverte de son suicide.

Il avait alors seulement 19 ans quand il fait la terrible découverte : "Je partage [ce souvenir] avec ma sœur. Il concerne mon frère aîné. Nous n'avions plus de nouvelles de lui depuis plusieurs mois. Ma mère nous avait dit qu'il était parti voyager au bout du monde", se souvient-il. Pourtant, le jour de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite