La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 857,04
    +733,68 (+1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,51 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Nicolas Dupont-Aignan inquiète désormais la droite et l'extrême droite

·2 min de lecture

Droite et extrême droite considèrent désormais le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan comme un ennemi dont il faut faire descendre les intentions de votes.... Retrouvez les indiscrétions de la semaine de Nicolas Domenach.

Dupont-Aignan inquiète la droite

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen et les candidats à la candidature Les Républicains ont un ennemi commun : . En dépit de ses approximations et erreurs, mais grâce à son attitude d’opposition systématique, le souverainiste pointe à 7% dans les intentions de votes. Et l’implosion de son mouvement n’y a rien changé. Or, à droite comme à la droite extrême, on considère qu’il faut le faire descendre sous les 5% pour qu’il ne soit plus un danger.

Mélenchon manque d’adversaires

Le leader de La France insoumise, , en a assez de "parler tout seul avec les murs". Il est vrai que, parti très tôt dans la campagne présidentielle, il stagne à 11% d’intentions de votes. Ce que regrette le député et coordinateur de LFI Adrien Quatennens : "Notre adversaire, c’est l’abstention. Difficile de mobiliser les jeunes, les employés, les ouvriers lorsqu’on n’a pas d’adversaire qui accepte la confrontation."

Pour Patriat, Bertrand reste en seconde division

Pour le sénateur LREM de Côte-d’Or François Patriat, Xavier Bertrand reste "un petit joueur limité à la seconde division. Si était entré en compétition, on aurait pu s’inquiéter, mais là…" Un point de vue qui n’est pas partagé par un autre baron du parti présidentiel, secoué par un sondage Harris Interactive plaçant le président des Hauts-de-France à 16% au premier tour de la présidentielle : "Ce n’est pas la panique, mais tout de même un début d’intérêt de l’électorat de droite." Emmanuel Macron est à 23%.

En défendant l’Europe des vaccins, Beaune soigne le projet macroniste

Quand, après l’avoir écouté, on lui fait remarquer, en souriant, "qu’au fond, la réélection d’Emmanuel Macron dépend en grande partie de lui", Clément Beaune dément, mais pas complètement. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes sait bien qu’à son niveau se joue une partie décisive : , l’Europe, qui est au cœur du projet macroniste, résistera-t-elle aux égoïsmes nationaux ? Il s’emploie, avec toute son [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi