La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 246,69
    -496,13 (-1,43 %)
     
  • Nasdaq

    13 359,00
    -42,86 (-0,32 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0032 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 230,04
    -1 892,87 (-3,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 505,77
    +1 263,09 (+520,48 %)
     
  • S&P 500

    4 147,67
    -40,76 (-0,97 %)
     

Nicola Sirkis en guerre contre Vitaa et Slimane ? Le chanteur attaque le duo

·1 min de lecture

Les goûts et les couleurs... ça ne se discute pas ! Quelques mois après la sortie de sa propre reprise de Troisième sexe, en duo avec la chanteuse Christine and the Queens, Nicola Sirkis a accepté d'en dire un peu plus sur les projets du groupe Indochine pour la rentrée prochaine sur les ondes de KissFM. En attendant de pouvoir diffuser l'intégralité de l'interview, le compte Twitter de la radio PACA a dévoilé un court extrait dans lequel ce papa de trois enfants livre les coulisses de son dernier single... mais en profite aussi pour épingler violemment un autre duo en vogue. Un duo aussi adulé que critiqué, composé des artistes Vitaa et Slimane. Et pour cause, si les fans des deux jeunes chanteurs sont lassés de les voir sans cesse l'un à côté de l'autre, le leader d'Indochine, lui, leur reproche un certain manque d'élégance.

"Je ne voyais qu'elle en France pour pouvoir reprendre ce titre avec nous, je suis cette artiste depuis longtemps (...) je l'ai appelée au mois d'avril l'année dernière, je lui ai soumis l'idée, j'étais sidéré de savoir qu'elle adorait cette chanson donc c'était l'évidence, je lui ai proposé de faire un duo", a d'abord expliqué Nicola Sirkis. C'est ensuite que les choses se compliquent. Alors que le chanteur défendait les talents de Christine and the Queens, ce dernier a osé une comparaison ironique avec les deux interprètes de Ça va, ça vient : "Voilà, ça devient quelque chose de complètement inhumain, de magique, de rare et cher. C'est-à-dire que c'est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite