La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 896,61
    -86,71 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

A Niagara Falls, le bruit du bitcoin couvre celui des chutes

"Bourdonnement lancinant", "bruit aigu": dans la ville américaine de Niagara Falls, des résidents habitués au grondement apaisant des célèbres chutes d'eau ont récemment découvert un son beaucoup moins agréable: le rugissement des fermes de minage de bitcoins.

"Je n'arrive à dormir qu'environ quatre heures par nuit à cause de ce bruit constant", déplore Elizabeth Lundy, 80 ans. "Je peux l'entendre même à travers mes doubles fenêtres", poursuit cette coiffeuse à la retraite, parée de lunettes de soleil et gants de jardinage.

Le ronron mécanique s'entend distinctement en cette matinée ensoleillée d'octobre sur le perron de Mme Lundy. Il se transforme en vacarme assourdissant 500 mètres plus loin, sur l'avenue Buffalo où opère l'entreprise US Bitcoin.

Les fermes de minage de bitcoin se sont multipliées aux Etats-Unis, devenus leaders mondiaux du secteur, depuis que la Chine a mis en 2021 un coup d'arrêt à cette activité sur son territoire.

Attirée par l'énergie hydroélectrique bon marché disponible à Niagara Falls, la société Blockfusion y a élu domicile en 2019, suivie par US Bitcoin en 2020 qui s'est implantée dans une ancienne usine de production de sodium.

Cette dernière a aligné en extérieur des centaines de bruyants ventilateurs, nécessaires au refroidissement des milliers de cartes graphiques qui chauffent en générant la plus connue des cryptomonnaies par la résolution d'équations complexes.

- 747 -

"On dirait le bruit d'un réacteur de (Boeing) 747", commente Frank Peller qui habite une maison brune à plus d'un kilomètre et demi de ce centre de calcul.

"Quand on était assis dans notre jardin - je vis à environ trois ou quatre kilomètres des chutes du Niagara -  on pouvait les entendre au loin chaque soir. Maintenant, on ne les entend plus du tout, mais d'où j'habite j'entends le bruit du minage de bitcoins tous les jours", résume auprès de l'AFP le septuagénaire à la crinière argentée.

"C'est plus fort le matin, en soirée, s'il y a beaucoup d'humidité et une brise", ajoute-t-il.

Bryan Maacks, qui réside plus près de cette "mine", décrit lui un "bourdonnement lancinant", une vibration qui traverse sa maison nuit et jour depuis l'hiver dernier.

"C'est épuisant mentalement. C'est comme avoir une rage de dents qui dure 24 heures tous les jours", fulmine l'homme de 65 ans. Il explique devoir porter des écouteurs en permanence chez lui et utiliser un ventilateur pour neutraliser le son et parvenir à s'endormir.

Excédé, il a lancé une pétition et confectionné un panneau "US Bitcoin Stop au bruit" trônant à l'arrière de son pick-up rouge qu'il a garé plusieurs semaines face à l'entreprise.

"La pollution sonore de cette industrie ne ressemble à rien de ce qu'on a connu", assène le maire de Niagara Falls, Robert Restaino, dans son bureau décoré de tableaux représentant les fameuses cascades. La ville accueille pourtant de l'industrie lourde depuis des décennies.

Face au flot de plaintes, concernant principalement US Bitcoin, la mairie a décrété en décembre 2021 un moratoire sur toute nouvelle activité de minage, puis imposé début septembre aux cryptomineurs de stricts niveaux sonores à ne pas dépasser: 40 à 50 décibels aux abords d'une zone résidentielle.

- Mur antibruit -

"Dès que nous avons eu connaissance de ces préoccupations, nous avons érigé une barrière en plastique", s'est défendu US Bitcoin dans un communiqué à l'AFP. "Nous avions établi des plans pour un mur antibruit" dont la construction a été empêchée par le moratoire, selon l'entreprise.

Dans la ville voisine de North Tonawanda, l'entreprise de minage canadienne Digihost, elle aussi confrontée à l'ire des riverains, a entrepris la construction d'un mur d'isolation acoustique de plus de six mètres de haut, pour un coût estimé à plusieurs centaines de milliers de dollars, relate le maire Austin Tylec.

A Niagara Falls, la mairie a ordonné début octobre la fermeture des deux fermes à bitcoins tant qu'elles ne seraient pas en conformité avec les nouveaux statuts locaux.

Si les deux entreprises assurent coopérer avec la ville, seule Blockfusion avait éteint ses processeurs fin octobre et réduit le nombre de ventilateurs en fonctionnement, ceux d'US Bitcoin tournant encore à plein régime, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Si elles continuent à refuser de se plier à notre ordre de fermeture, alors nous devrons aller devant les tribunaux", assure Robert Restaino.

Une telle bataille juridique oppose déjà dans le Tennessee la ferme à bitcoins Red Dog Technologies aux autorités locales. D'autres plaintes pour pollution sonore aux abords de centres de calcul ont émergé de la Caroline du Nord à la Pennsylvanie.

"Je continuerai à protester jusqu'à ce que le bourdonnement disparaisse. Jusqu'à ce que je récupère le grondement des chutes", conclut Bryan Maacks.

dax/seb/ybl