Marchés français ouverture 7 h 23 min
  • Dow Jones

    34 639,79
    +617,75 (+1,82 %)
     
  • Nasdaq

    15 381,32
    +127,27 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 672,75
    -80,62 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1306
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 788,93
    +130,01 (+0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    50 241,07
    -648,67 (-1,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 446,62
    +7,74 (+0,54 %)
     
  • S&P 500

    4 577,10
    +64,06 (+1,42 %)
     

À New York, la mairie enlève sa statue de Thomas Jefferson, ancien esclavagiste

·2 min de lecture

La municipalité de New York a approuvé, lundi, le retrait de la statue d'un des pères fondateurs des États-Unis, Thomas Jefferson, en raison de son passé esclavagiste. Le troisième président américain détenait dans sa plantation de Virginie plus de 600 esclaves.

Sa statue aura présidé la salle du conseil de la municipalité new-yorkaise pendant plus d'une centaine d'années : la ville de New York a donné, lundi 19 octobre, son aval au retrait de la statue de Thomas Jefferson, un des pères fondateurs des États-Unis, et coauteur de sa déclaration d'indépendance. Une commission du conseil municipal a adopté à l'unanimité le principe du retrait de Thomas Jefferson, invoquant son passé esclavagiste : il détenait dans sa plantation de Virginie plus de 600 esclaves, et a eu six enfants de l'une d'elle.

Le retrait de la statue était demandé depuis plusieurs années par des conseillers municipaux latinos et noirs, et devrait désormais rejoindre une salle de la société historique de la ville de New York. Troisième président américain, "Thomas Jefferson représente certaines des pages les plus honteuses de la longue et nuancée histoire de notre pays", a expliqué la conseillère municipale new-yorkaise afro-américaine Adrienne Adams.

Mais la décision est loin de faire l’unanimité. "Pourquoi cette statue a été créée ? Pas pour rendre hommage au propriétaire d’esclaves, mais parce que Jefferson a été l’un des plus importants penseurs de la démocratie et de l’égalité dans l’histoire américaine", a expliqué à l’AFP David Greenberg, professeur d’histoire à l’université Rutgers, dans le New Jersey.

Débat relancé avec le mouvement Black Lives Matter

Souvent présenté comme un esprit des Lumières, Thomas Jefferson possédait néanmoins plus de 600 esclaves et avait eu six enfants d’une d’entre elles, Sally Hemings.

Le débat sur les figures tutélaires américaines est ancien et les premiers appels à retirer la statue de Jefferson de la chambre du conseil à New York remontent au début des années 2000.

Le débat avait été relancé avec le mouvement Black Lives Matter, né du décès de l'afro-américain George Floyd, asphyxié sous le genou d'un policier blanc, en mai 2020, à Minneapolis.

Plusieurs monuments représentant Thomas Jefferson avaient été vandalisés et le mouvement a eu des répercussions jusque dans d’autres pays, où des figures historiques ont subi le même sort à cause de leur passé colonial.

En 2019, la propre ville de Jefferson, Charlottesville, en Virginie, avait décidé de cesser de célébrer d’un jour férié l’anniversaire de cet illustre homme politique.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles