La bourse ferme dans 8 h 12 min
  • CAC 40

    5 827,88
    +29,90 (+0,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 727,52
    +21,53 (+0,58 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2201
    +0,0033 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 788,50
    -9,40 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    41 201,73
    +92,68 (+0,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 003,92
    +9,26 (+0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,58
    +0,36 (+0,57 %)
     
  • DAX

    14 047,19
    +71,19 (+0,51 %)
     
  • FTSE 100

    6 691,11
    +32,14 (+0,48 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 121,83
    +403,59 (+1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4155
    +0,0013 (+0,09 %)
     

Neuralink : un singe capable de jouer par la pensée grâce à l’implant cérébral d’Elon Musk

Fabrice Auclert, Journaliste
·2 min de lecture

Lorsqu’il ne s’agit pas de voitures (Tesla) ou d’espace (Space X), Elon Musk fait parler de lui avec Neuralink, sa société qui travaille depuis des années sur la conception d’une interface cerveau-machine, permettant de contrôler un ordinateur par la pensée. Invité d’un talk show sur les réseaux sociaux aux États-Unis, le fantasque entrepreneur a révélé que son implant avait été placé sur un singe pour… jouer !

« Nous avons déjà un singe avec une puce implantée dans le crâne, avec de minuscules fils, qui peut jouer à des jeux vidéo par la pensée, et l'une des choses que nous essayons de comprendre, c'est de savoir si les singes peuvent jouer à Pong entre eux avec la pensée. Ce serait super cool. » Musk envisage donc de placer cet implant sur plusieurs singes pour ainsi voir s’ils peuvent jouer ensemble. Par la pensée !

Une petite incision permet de placer l'implant qui fonctionne ensuite de manière autonome et sans fil. © Neuralink
Une petite incision permet de placer l'implant qui fonctionne ensuite de manière autonome et sans fil. © Neuralink

Pas de câbles, pas d'infection

Ce qu’on apprend dans cette interview, c’est que l’implant est sans fil extérieur et il ne faut donc pas s’imaginer un animal bardé de fils entourant sa tête. « Il n’a pas l’air mal à l’aise et il n'a pas l'air bizarre », poursuit Musk qui assure que son implant ne laisse aucune trace : « Vous ne pouvez même pas voir par où l'implant a été inséré. Tout juste, voit-on des poils rasés. » Au-delà de l’aspect esthétique et pratique, cet implant sans fil va permettre de limiter les risques d’infection.

C’est le même qui avait déjà été implanté en septembre sur un cochon. Le but est évidemment d’aller plus loin et de l’insérer sur le cerveau humain, au départ, pour redonner la parole ou redonner de la mobilité aux personnes paralysées… Mais Musk voit plus loin puisqu’il rêve de télépathie grâce à l’Intelligence artificielle. Les scientifiques sont beaucoup plus sceptiques…

Interview : comment contrôler une machine par la pensée ?

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura