La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 508,63
    +856,35 (+1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Netanyahou intoxique Israël

·2 min de lecture

Cramponné à son poste, poursuivi pour corruption, le Premier ministre abîme l'exception démocratique du Moyen-orient. Mais ses opposants peinent à s'unir.

Netanyahou intoxique Israël

Le 23 mars dernier, pour la quatrième fois en trois ans, les électeurs israéliens ont été appelés aux urnes. Malgré un recul, le Likoud reste la première force politique du pays. Son chef, Benyamin Netanyahou, actuellement poursuivi pour corruption, entend se cramponner au pouvoir. Qu'il y parvienne serait regrettable. Des Arabes israéliens aux nationalistes juifs, une majorité de citoyens souhaite le voir partir. Les successeurs possibles au poste de Premier ministre ne manquent pas. Yair Lapid, Benny Gantz - l'actuel ministre de la Justice -, Gideon Sa'ar ou Naftali Bennett seraient parfaitement capables d'assumer la fonction. Et n'importe lequel serait préférable à « Bibi ». Mais pour l'instant, ces leaders semblent incapables de se mettre d'accord. L'urgence est qu'ils fassent enfin taire leurs ego pour former un gouvernement et apporter ainsi de l'air frais à une scène politique israélienne qui en manque singulièrement.

Rendons toutefois à César ce qui lui revient : Netanyahou a mené une campagne de vaccination efficace (plus de la moitié de la population est désormais protégée) et, grâce aux accords d'Abraham, noué des liens étroits avec certains pays arabes. Sous ses mandats, avant la pandémie, l'économie était florissante. Bibi est un politicien remarquable et un habile diplomate. Mais son entêtement à rester au pouvoir à tout prix porte tort à la démocratie qui fait d'Israël une exception dans une région dominée par les autocrates. Afin de discréditer les accusations de corruption dont il fait l'objet, Benyamin Netanyahou n'hésite pas à salir la justice et la police. Pour renforcer ses chances de l'emporter, il est même allé jusqu'à proposer une alliance à des suprémacistes juifs.

Un gouvernement anti-Bibi relancerait l'économie en votant un nouveau budget dont le pays est actuellement privé.

Aussi souhaitable soit-il, un gouvernement anti-Bibi se heurterait cependant à de nombreux obstacles. La probabilité, par exemple, de voir [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi