Publicité
La bourse ferme dans 7 h 47 min
  • CAC 40

    7 947,78
    -8,63 (-0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 902,34
    -10,58 (-0,22 %)
     
  • Dow Jones

    38 989,83
    -97,55 (-0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    2 131,30
    +5,00 (+0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 451,84
    +1 300,05 (+2,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,47
    -0,27 (-0,34 %)
     
  • DAX

    17 669,79
    -46,38 (-0,26 %)
     
  • FTSE 100

    7 615,14
    -25,19 (-0,33 %)
     
  • Nasdaq

    16 207,51
    -67,43 (-0,41 %)
     
  • S&P 500

    5 130,95
    -6,13 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    40 097,63
    -11,60 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    16 162,64
    -433,33 (-2,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,2676
    -0,0018 (-0,14 %)
     

Neige et verglas : glissade, collision sur la route… s’agit-il d’un accident du travail ?

Massimo Calmonte / Getty Images

L’émerveillement peut vite virer au cauchemar. Si la neige donne le sourire par ce grand froid, elle est aussi souvent la cause de carambolages sur la route, de chutes à vélo et de glissades à pied ou en trottinette sur le chemin du travail. Et vous n’êtes pas à l’abri d’une blessure malencontreuse lors de votre pause café sur la terrasse enneigée de votre entreprise ! Certains salariés sont alors tentés de déclarer ces incidents comme des accidents du travail auprès de leur Caisse primaire de l’Assurance maladie (CPAM)... Au grand dam de leur employeur.

«Si l’accident se déroule au temps et au lieu de travail, le salarié est présumé pouvoir bénéficier des accidents d’origine professionnelle», explique à Capital Anne Leleu-Eté, avocate spécialisée en droit du travail. Ainsi, une chute sur une surface verglacée dans les locaux de votre boîte peut être considérée comme un accident du travail. Attention, vous avez 24 heures, sauf cas de force majeure, pour le déclarer. Et d’un point de vue financier, le salarié a tout à y gagner. «Les frais de santé sont intégralement pris en charge par l’Assurance maladie et vous êtes mieux indemnisé que pour un arrêt maladie classique», poursuit l’avocate. Effectivement, un arrêt suite à un accident du travail est indemnisé sans carence.

Qui plus est, le salarié peut empocher des indemnités supplémentaires en cas de faute inexcusable de l’employeur. Pour cela, il doit néanmoins prouver qu’il a failli dans son obligation légale de sécuriser et protéger (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ai-je le droit de ne pas respecter un objectif professionnel rédigé en anglais ?
Le jour où j'ai soûlé mes collègues... au sens propre, la chronique de David Abiker
Coworking : définition, fonctionnement et avantages
Salaire : combien gagne un kiné ?
Arrêt de travail : les salariés en open space sont-ils vraiment plus souvent malades ?