La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    29 097,79
    -127,82 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    0,9788
    -0,0032 (-0,32 %)
     
  • Gold future

    1 676,00
    +7,40 (+0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    20 117,84
    +359,50 (+1,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    448,93
    +5,50 (+1,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,41
    -0,82 (-1,01 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 766,80
    +29,29 (+0,27 %)
     
  • S&P 500

    3 637,66
    -2,81 (-0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1114
    -0,0010 (-0,09 %)
     

De la neige sous-marine tomberait à l’envers sur Europe, la lune de Jupiter

Sous l’épaisseur glacée de la lune Europe, des scientifiques pensent qu’une étrange neige pourrait se former. Cette neige sous-marine tomberait « à l’envers », dans l’océan de cette lune de Jupiter. Cela reste à vérifier.

Europe, la sixième lune la plus proche de la planète Jupiter, n’est pas qu’une boule de glace. Sous sa croûte glacée et lisse, d’une dizaine de kilomètres d’épaisseur, les scientifiques pensent qu’elle abrite un océan d’eau liquide (jamais vu directement). C’est au niveau de cet océan que des chercheurs pensent désormais qu’il pourrait y avoir un autre phénomène fascinant : de la neige sous-marine, qui tombe « à l’envers », du bas vers le haut.

Cette étonnante hypothèse a été évoquée par l’université du Texas à Austin, le 15 août 2022. L’idée est développée dans une étude parue dans Astrobiology (une version prépubliée de l’étude est accessible). Il faut bien noter qu’ici, les scientifiques n’ont pas étudié cette neige directement sur Europe. Ils ont analysé la manière dont de la neige sous-marine se forme sous les inlandsis (de vastes glaciers) de l’Antarctique. Ils en déduisent que cela pourrait aussi exister sur Europe.

« Nous concentrons notre étude sur la glace terrestre formée dans des environnements à faible gradient de température [ndlr, où la température varie peu avec la profondeur], ce qui correspond aux conditions attendues aux interfaces entre la glace et l’océan d’Europe »,

[Lire la suite]