La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 721,51
    +1 584,11 (+3,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

“Ce ne sont pas les machines qui nous manipulent, mais les ingénieurs qui les conçoivent”

·1 min de lecture

Un robot est-il capable de ressentir des émotions ?

Laurence Devillers : Le ressenti des émotions chez l'humain, c'est lié à ses viscères, ses entrailles, son corps... tout ce qu'une machine n'a pas. Une machine ne ressent pas d'émotion, elle capte juste des indices. Elle capte du signal vocal, de la vision, de la chaleur du corps, des indices physiologiques... Et elle réagit ensuite en fonction de paramètres qu'on a programmé.

C'est-à-dire ?

On pourrait imaginer par exemple qu'un robot puisse exprimer un degré de douleur, en fonction de variables qu'on lui aurait programmées, lorsqu'on lui tape sur la main. Mais il s'agit bien de données déjà étalonnées, sur lesquelles la machine se base pour exprimer une intention qu'on aura programmée en réponse. C’est comme pour le langage : les machines ne comprennent pas ce qu'elles disent, c'est un simulacre de langage. Une machine va dire "je ressens de la douleur" mais elle n'en ressentira pas, c'est une simulation, un mensonge.

Écoutez l’interview de Laurence Devillers dans “Big Data”, le nouveau podcast de Capital sur l’univers des données.

Les machines, mêmes intelligentes, ne sont donc pas capables d’improviser ?

C’est cela. Les machines sont plus intelligentes que nous pour calculer et trouver la meilleure solution parmi un ensemble de solutions possibles. Comme aux échecs par exemple, où les machines nous battent désormais systématiquement. Ou pour répondre à une question en allant chercher dans une encyclopédie en ligne. En revanche (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Fempo casse les codes depuis 2017 avec ses culottes menstruelles
Bientôt une pilule Pfizer à prendre dès les premiers signes de Covid ?
Les dépôts taxés dès 13.500 euros ! Les banques danoises s’attaquent maintenant aux classes moyennes
CAC 40 : une tendance haussière attendue après les annonces rassurantes de la FED
Airbus dans le vert au premier trimestre, mais la prudence reste de mise