Publicité
La bourse ferme dans 3 h 43 min
  • CAC 40

    8 121,12
    +29,01 (+0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 053,46
    +28,29 (+0,56 %)
     
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0022 (+0,21 %)
     
  • Gold future

    2 370,40
    -22,50 (-0,94 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 398,97
    -134,20 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 509,25
    +6,59 (+0,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,17
    +0,60 (+0,77 %)
     
  • DAX

    18 739,34
    +59,14 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    8 371,91
    +1,58 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2735
    +0,0016 (+0,12 %)
     

Ne dites plus doxing, mais « divulgation malveillante d’informations personnelles »

C’est un délit pénal pas forcément bien connu. Le doxing vient d’avoir une traduction officielle en français.

Venu des États-Unis, le terme de « doxing » (ou « doxxing ») a désormais sa traduction officielle. Au Journal officiel du 24 février 2023, la commission d’enrichissement de la langue française a fait publier une nouvelle liste de mots étrangers utilisés couramment, notamment dans certains domaines, comme l’informatique et Internet.

Cette nouvelle liste, signalée sur Twitter, concerne des termes liés aux technologies et au droit. Ainsi, le doxing se traduit officiellement par « divulgation malveillante d’informations personnelles ». La définition précise que cette divulgation est bien sûr faite sans le consentement de la victime et que celle-ci est exposée à un risque réel — si on révèle son adresse postale, par exemple.

Des hackers. // Source : Claire Braikeh pour Numerama
Des hackers. // Source : Claire Braikeh pour Numerama

En France, le doxing est un délit. À l’été 2021, la législation a été actualisée pour sanctionner spécifiquement des fuites de données personnelles visant à nuire à un tiers, avec parfois des conséquences physiques. L’affaire Samuel Paty, ce professeur assassiné après un cours sur la liberté d’expression, provient initialement d’une divulgation malveillante d’informations personnelles.

La loi punit les personnes à l’origine d’un doxing avec une peine grimpant à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende.

[Lire la suite]