Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 238,11
    +2 703,30 (+4,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,03
    +45,13 (+3,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

NBA: comment les Spurs se préparent avant la tempête Wembanyama

NBA: comment les Spurs se préparent avant la tempête Wembanyama

Lundi matin, la fin de l’entraînement des Spurs fut ouverte à la presse puis Gregg Popovich, Jeremy Sochan et Cedi Osman se sont présentés devant un pool presse composé d’une quinzaine de journalistes, dont la moitié de Français. Une sorte d’incongruité quand on voit l’emballement de la machine médiatique qui tourne autour de la NBA depuis la sélection de Victor Wembanyama à la première place de la Draft 2023 le 22 juin dernier.

Pendant que son coach et ses coéquipiers s’exprimaient, Wembanyama répétait ses gammes et son tir à trois points sur le terrain le plus éloigné du tout nouveau complexe d’entraînement des San Antonio Spurs, le Victory Capital Performance Center, un écrin de 46.000 m2 situé au nord de la ville, dans un quartier connu pour ses magasins et restaurants, la Cantera.

Il y régnait un calme olympien malgré Wembanyama, toujours un peu plus au centre de l’échiquier des stars NBA, après cette présaison réussie de la part du Français. Une préparation qui fut une réussite sur le plan des statistiques mais aussi en terme de "highlights", le géant de 2,24m ayant en plus assuré le show vendredi, avec un petit pont sur un adversaire et un contre tentaculaire sur Andrew Wiggins, l’expérimenté joueur des Golden Stade Warriors, n°1 de draft en 2014.

PUBLICITÉ

Gregg Popovich était quelque peu inquiet fin juin devant tout l’engouement autour de son nouveau joueur. Mais le vieux sage (75 ans) a vite été rassuré par la maturité du Français et la gestion de l’engouement qu’il suscite: "Victor est déjà passé par là", a souligné le coach américain. "Il y a de l’engouement autour de lui depuis déjà pas mal de temps. Il ne se laisse pas atteindre par ça. Il est très mature. Il est déjà très solide émotionnellement. Ses priorités sont bien ordonnées."

L’objectif pour cette saison n’est pas clairement affiché pour les Spurs même s’il sera de faire mieux que l’an passé et les vingt-deux maigres victoires en saison régulière. Coach "Pop" veut seulement voir pour l’instant en match ce que les joueurs font à l’entraînement. Le calendrier à venir plongera vite les Spurs dans le bain avec les Mavs de Doncic, les Rockets, les Clippers de Batum puis une double confrontation contre le Big 3 de Phoenix avec Kevin Durant, Devin Booker et Bradley Beal.

Article original publié sur RMC Sport