Publicité
La bourse ferme dans 6 h 53 min
  • CAC 40

    7 816,50
    -48,20 (-0,61 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 008,82
    -25,61 (-0,51 %)
     
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0810
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 331,30
    -23,50 (-1,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 525,35
    +169,39 (+0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 424,91
    +11,96 (+0,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,32
    -0,18 (-0,23 %)
     
  • DAX

    18 493,22
    -137,64 (-0,74 %)
     
  • FTSE 100

    8 192,90
    -22,58 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • GBP/USD

    1,2795
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Ruffin promet de réintégrer Guillaume Meurice licencié de France Inter pour faute grave

Dans un post sur X, Guillaume Meurice s'est moqué de son licenciement en disant « bravo » à Pascal Praud et à Marine Le Pen.  - Credit:Mathieu Pattier / Ouest France / MAXPPP / PHOTOPQR
Dans un post sur X, Guillaume Meurice s'est moqué de son licenciement en disant « bravo » à Pascal Praud et à Marine Le Pen. - Credit:Mathieu Pattier / Ouest France / MAXPPP / PHOTOPQR

Suspendu d'antenne après avoir réitéré, le 28 avril, sur France Inter une blague du 29 octobre 2023 sur le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qu'il qualifiait d'« une sorte de nazi mais sans prépuce », Guillaume Meurice a été licencié pour faute grave. Il s'est vu notifier par courrier la « rupture anticipée » de contrat. Le député LFI de la Somme François Ruffin, qui revendique le leadership d'un « Front populaire » entre les différences forces de gauche pour les prochaines élections législatives, a immédiatement promis : « Première mesure du Front populaire (en cas de victoire aux législatives, NDLR) : la réintégration de Guillaume Meurice à France Inter. Première mesure du Rassemblement national : livrer tout le service public à Bolloré », a-t-il posté sur le réseau X. L'humoriste, qui s'était présenté sur la liste SUD aux dernières élections professionnelles des représentants du personnel, est ainsi devenu un enjeu politique. Son cas avait déjà été évoqué par des politiques lors des élections européennes.

Dans un e-mail interne aux salariés, la PDG de Radio France, Sibyle Veil, regrette la « déloyauté répétée » de l'humoriste. « Cette décision, je l'ai prise pour déloyauté répétée à l'égard de l'entreprise. Je connais les interrogations que la procédure disciplinaire avait suscitées, c'est pourquoi je tiens à vous en expliquer les raisons. D'abord, ni la liberté d'expression ni l'humour n'ont jamais été menacés à Radio France. Plusieurs ch [...] Lire la suite