La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 792,51
    +1 449,82 (+3,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Navalny: l'UE va débattre de nouvelles sanctions contre Moscou

·2 min de lecture

L'Union européenne va débattre de nouvelles sanctions ciblées contre la Russie, après l'arrestation dans le pays ce week-end de plus de 3.000 manifestants réclamant la libération de l'opposant Alexeï Navalny.

L'Union européenne va débattre lundi 25 janvier de nouvelles sanctions ciblées contre la Russie après l'arrestation dans le pays ce week-end de plus de 3.000 manifestants réclamant la libération de l'opposant Alexeï Navalny. Il y a "un changement dans l'air en Russie" que le bloc communautaire doit soutenir, a estimé le ministre lituanien des Affaires étrangères à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des chefs de la diplomatie des Vingt-Sept. "L'UE doit envoyer un message très clair et déterminé pour dire que c'est inacceptable", a ajouté Gabrielius Landsbergis, appelant à des sanctions supplémentaires contre des responsables russes.

Des sanctions européennes visant les secteurs russes de l'énergie, des finances et de l'armement sont déjà en place depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, auxquelles se sont ajoutées des mesures de rétorsion contre des proches de Vladimir Poutine en réponse à l'empoisonnement d'Alexeï Navalny par un agent neurotoxique en août dernier.

De retour en Russie le 17 janvier après quasiment cinq mois de convalescence en Allemagne où il avait été transféré, l'avocat et opposant a été arrêté immédiatement pour violation de sa liberté conditionnelle.

"Dérive autoritaire"

Avec la Lituanie, les deux autres républiques baltes, Estonie et Lettonie, plaident pour sanctionner une liste d'individus. L'Italie et la Roumanie se sont déclarées prêtes à soutenir des sanctions. Dimanche, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a dénoncé la "dérive autoritaire" de la Russie. Son homologue allemand, Heiko Maas, a réclamé la libération immédiate des protestataires arrêtés samedi, sans faire de plus amples commentaires. Aucune liste de noms détaillée ne devrait cependant être arrêtée ce lundi.

(avec Reuters)

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi