La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 467,95
    +384,39 (+0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Naval Group en passe de signer un contrat à plusieurs milliards avec la Grèce

·1 min de lecture

Ce pourrait être un petit lot de consolation pour Naval Group après la rupture, par l’Australie, du "contrat du siècle", le 15 septembre dernier. La Grèce pourrait en effet commander trois frégates FDI-HN à la société française ainsi que trois corvettes de classe Godwind, pour un montant total de cinq milliards d’euros, détaille Le Télégramme. La commande pourrait être décidée à l’occasion d’un dîner à l’Élysée, lundi 27 septembre au soir, entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis.

Selon BFMTV, l’annonce de ce contrat pourrait intervenir lundi ou mardi, selon des sources proches du dossier après des mois de discussions entre Paris et Athènes et alors que la Grèce cherche à moderniser sa flotte. Les frégates FDI-HN sont des navires de 4.600 tonnes pour plus de 120 mètres de long et sont équipées de radars ultra-modernes fabriqués par Thales alors que les corvettes prévues dans le contrat équipent déjà les marines des Émirats arabes unis, de la Malaisie, de l’Égypte et de la Roumanie.

Si Athènes aurait confirmé le contrat à Paris, l’Hexagone a dû affronter plusieurs concurrents pour signer ce projet : les Pays-Bas, l’Allemagne et… les États-Unis. Naval Group reste ainsi prudent. Mais la signature d’un tel accord serait une bonne nouvelle pour l’industriel français, "touché mais pas coulé" après l’affaire des 12 sous-marins conventionnels, qui a vu l’Australie annuler brutalement sa commande au profit des États-Unis et du Royaume-Uni. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La grosse amende infligée à la Société Générale pour ses commissions sur les paiements par carte
TikTok affirme avoir passé un seuil historique
Lyon donne son feu vert au projet Arena de l'Olympique lyonnais (OL)
Evergrande, taux d’intérêt, plafond de la dette… les actions face à des risques : le conseil Bourse du jour
Prix de l’énergie (gaz, pétrole), remontée des taux... “gare en Bourse aux entreprises de croissance !”

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles