La bourse est fermée

La nationalité française reste la meilleure au monde, tandis que la nationalité britannique risque de subir un déclin spectaculaire en raison du Brexit

LONDRES, 20 novembre 2019 /PRNewswire/ -- Les citoyens français peuvent se féliciter : leur nationalité a une fois encore été classée meilleure au monde, tandis que pour les sujets britanniques, les ramifications d'un Brexit « dur » pourraient bien faire dégringoler la qualité de leur nationalité de la 8e place au niveau mondial à la 56e place (la position actuelle de la Chine). Ce sont les derniers résultats en date de l'Indice de qualité de la nationalité de Kälin et Kochenov (indice QNI), le seul classement mesurant objectivement et classant toutes les nationalités du monde en tant que statut juridique.

Occupant la première place depuis huit années consécutives, la France se voit attribuer un score de 83,5 % sur un maximum de 100 %, devançant de moins d'un point de pourcentage l'Allemagne et les Pays-Bas, qui se partagent la 2e place avec 8,8 %. L'avantage comparatif de la France réside dans sa plus grande liberté d'établissement (attribuable principalement à l'ancien empire colonial du pays).

Dans le top 10 de l'indice de cette année, le Danemark se trouve à la 3e position avec un score de 81,7 %, tandis que la Norvège et la Suède occupent conjointement la 4e place avec 81,5 %. Les positions 5 à 10 sont détenues par l'Islande, la Finlande, l'Italie, le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Espagne, dans cet ordre.

Les États-Unis occupent la 25e place sur l'indice QNI avec un score de 70,0 %. La position relativement médiocre du pays est principalement due à sa faible liberté d'établissement par rapport aux États membres de l'UE. La Chine se classe au 56e rang, soit un gain de quatre place par rapport à l'année dernière, et la Fédération de Russie gravit deux places en atteignant la 62e position. Les ÉAU ont atteint leur classement le plus élevé jamais réalisé avec la 42e place. Les trois dernières nationalités figurant dans l'indice QNI de cette année sont le Soudan du Sud, l'Afghanistan et la Somalie.

Probable chute de la qualité de la nationalité britannique en raison du Brexit

Les pays de l'UE affichent généralement une très bonne performance sur l'indice QNI, due en grande partie à une large liberté d'établissement autorisé entre les États membres. Néanmoins, le Royaume-Uni pourrait devenir l'exception à cette règle, avec son actuelle 8e place potentiellement en danger si le pays quitte l'UE sans accord.

Le Professeur et Dr Dimitry Kochenov, enseignant en droit et auteur de l'ouvrage Citizenship et le Dr Christian H. Kaelin, président d'Henley & Partners et auteur de l'ouvrage Ius Doni sont les co-créateurs de l'indice. Selon le Professeur Kochenov : « Le Royaume-Uni est sur le point d'établir un record du monde en ce qui concerne la forte baisse de la qualité de sa nationalité, sans pour autant subir de conflit violent. En fonction des résultats du Brexit, le Royaume-Uni pourrait se voir quitter le groupe élite des nationalités de « très haute qualité » pour se retrouver dans la catégorie « haute qualité ». Un Brexit véritablement « dur » aurait pour résultat une nationalité britannique qui n'accorderait pas à ses détenteurs des droits d'établissement ou de travail dans les pays de l'UE ou en Suisse, en Norvège et en Islande, soit un grand nombre des endroits les plus développés de la planète, ce qui diminuerait considérablement la qualité de sa propre nationalité de manière irrévocable. »

Bien que cela soit peu probable, dans le pire des scénarios et en fonction du ralentissement économique provoqué par le Brexit, le Royaume-Uni pourrait éventuellement tomber encore plus bas et se placer dans la catégorie « qualité moyenne » aux côtés de la Chine et de la Russie.

Selon le Dr Kaelin, l'indice est extrêmement pertinent, tant pour les individus que pour les gouvernements. « Il est évident que nos nationalités ont un impact direct sur nos opportunités et sur notre liberté de voyager, de faire des affaires et de vivre des vies enrichissantes plus longtemps et en meilleure santé. La réalité que l'indice QNI décrit est, à de nombreux égards, injuste et regrettable : dans la majorité des cas, notre nationalité joue un rôle important dans l'établissement d'un plafond extrêmement irrationnel pour nos aspirations. »

Télécharger l'intégralité du Rapport QNI 

Contacts avec les médias
Sarah Nicklin
Senior Group PR Manager
sarah.nicklin@henleyglobal.com