La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 495,83
    -61,57 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 730,32
    -47,06 (-1,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 795,41
    -203,63 (-0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0039
    -0,0053 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 763,40
    -7,80 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    21 483,68
    -1 935,38 (-8,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    513,37
    -28,23 (-5,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,36
    +0,86 (+0,95 %)
     
  • DAX

    13 544,52
    -152,89 (-1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 550,37
    +8,52 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 737,77
    -227,58 (-1,76 %)
     
  • S&P 500

    4 239,14
    -44,60 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,77 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1827
    -0,0106 (-0,89 %)
     

Nationalisation d'EDF: les minoritaires se rebiffent !

L'État aura sans doute du fil à retordre pour s'emparer de 100% du capital d'EDF. Une poignée d'actionnaires minoritaires, bien décidés à lutter pour sauvegarder leurs intérêts, est en train de monter aux créneaux. «L'État va s'engager sur un dossier qui ne sera pas un long fleuve tranquille», prévient Hervé Chefdeville, secrétaire général de l'association Energie en actions, qui rassemble des actionnaires salariés et anciens salariés d'EDF. De l'énergie, l'homme n'en manque pas. Il veut porter l'affaire devant les tribunaux, affirmant que l’État a pris des mesures contraires à l'intérêt de l'entreprise. En ligne de mire, la décision du gouvernement d'augmenter en janvier dernier le plafond de l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh) de 20 TWh en réponse à la flambée des prix de l'électricité. Un geste réclamé et salué par l'Uniden, l’Union des Industries Utilisatrices d’Energie, mais fortement contestée par les actionnaires minoritaires et les syndicats d'EDF. L'État dans une situation de conflit d'intérêt Pour Colette Neuville, présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam), la situation de l’État, est intenable : «Actionnaire majoritaire d'EDF avec 84% du capital, l’État se trouve dans une situation de conflit d'intérêt permanent, partagé entre l'intérêt général des Français et les intérêts des actionnaires du groupe.» Celle qui défend avec pugnacité les actionnaires minoritaires depuis de longues années sera aussi de ce combat. Mandatée par plusieurs fonds et des particuliers, elle connaît le dossier sur le bout des doigts. En témoigne un courrier adressé au sénateur Ladislas Poniatowski en 2006 dans lequel elle interpellait les autorités du pays contre un risque de spoliation d'EDF par ses concurrents. Pas question donc pour la présidente de l'Adam de rester les bras croisés. « Surtout Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles