La bourse ferme dans 2 h 47 min
  • CAC 40

    5 622,57
    +23,96 (+0,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 618,17
    +22,75 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 930,52
    +116,26 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2108
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 840,80
    +0,60 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    28 582,21
    +75,60 (+0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    681,93
    -33,27 (-4,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    53,49
    +0,51 (+0,96 %)
     
  • DAX

    13 918,14
    +103,08 (+0,75 %)
     
  • FTSE 100

    6 718,83
    +5,88 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    13 197,18
    +198,68 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    3 798,91
    +30,66 (+0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    28 523,26
    -110,20 (-0,38 %)
     
  • HANG SENG

    29 962,47
    +320,19 (+1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3668
    +0,0034 (+0,25 %)
     

Comment la nationalisation des colonnes montantes profite à Enedis

·1 min de lecture

C'est une nationalisation qui est passée sous les radars. En vertu de la loi Elan, votée il y a deux ans, toutes les colonnes montantes des immeubles d'habitation en France, soit 1,6 million de conduits, appartiennent depuis le 23 novembre aux collectivités locales – sans qu'elles aient eu à bourse délier. Et c'est à Enedis, la filiale d'EDF qui distribue l'électricité et qui avait déjà quelque 800.000 colonnes sous concession, que revient la charge de leur entretien. Seules 300 copropriétés ont refusé de céder leurs installations, comme les y autorisait la loi Elan. 

Pourquoi ce transfert au réseau public? Parce que depuis des années la propriété et l'entretien de ces colonnes suscitaient de nombreux litiges entre Enedis et les copropriétés quand la question de la prise en charge de leur rénovation venait à se poser. "La loi Elan devait mettre fin à ces contentieux une bonne fois pour toutes, or rien ne se passe comme prévu", regrette Olivier Challan Belval, médiateur national de l'énergie.

Le médiateur appelle le gouvernement "à clarifier la situation"

Car Enedis estime ne pas être tenu par la loi de financer tous les travaux de rénovation. Dans une note datée du 18 novembre 2020, le gestionnaire annonce clairement la couleur. D'accord pour assumer les travaux sur les colonnes quand un danger est avéré et pour effectuer des raccordements quand les colonnes étaient "déjà sous contrainte". "Mais lors d'une demande de modification de branchement ou d'augmentation de puissance,...


Lire la suite sur LeJDD