Publicité
Marchés français ouverture 3 h 36 min
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0897
    -0,0013 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    18 091,70
    -201,68 (-1,10 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 437,95
    +2 854,32 (+5,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 300,72
    +102,15 (+8,52 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     

Natalie Portman à Cannes : mini robe, maxi effet

Dominique Charriau

Dès son arrivée sur la Croisette, Natalie Portman a fait sensation. Après une première montée des marches samedi soir, l’actrice israélo-américaine a fait une nouvelle sortie remarquée au Festival de Cannes dimanche 21 mai. La star a pris part au traditionnel photocall avec ses camarades du film « May December », présenté en compétition cette année.

Natalie Portman a joyeusement pris la pose aux côtés de Julianne Moore, Charles Melton et Cory Michael Smith, mais aussi du réalisateur Todd Haynes. Pour cette nouvelle journée de promotion, l’égérie Dior portait naturellement une tenue de la maison parisienne : une mini robe rouge ceinturée et son blazer assorti porté sur les épaules. Un look complété par une paire de sandales fines à hauts talons qui met particulièrement en valeur les jambes de l’actrice.

Mini robe le jour, robes à paillettes le soir

La veille déjà, l’épouse du danseur et chorégraphe français Benjamin Millepied s’était illustrée sur les marches du Palais des festivals. Pour son passage sur le tapis rouge, Natalie Portman portait une magnifique revisite de l’iconique robe « Junon », un modèle haute couture imaginé en 1949 par M. Christian Dior. Vendredi 19 mai, pour sa première montée des marches le soir de la projection du film « The Zone of Interest », la mère d’Amalia et Alpeh (6 et 12 ans) était vêtue d’une autre robe bustier pailletée, là encore signée Dior.

Présenté en compétition de ce 76e Festival de Cannes, le film « May December » raconte l’histo...


Lire la suite sur ParisMatch