Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 099,92
    -571,12 (-1,44 %)
     
  • Nasdaq

    16 741,21
    -60,33 (-0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0810
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 084,44
    -2 141,86 (-3,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 445,88
    -56,78 (-3,78 %)
     
  • S&P 500

    5 271,26
    -35,75 (-0,67 %)
     

La Nasa veut relier New York à Londres en 1h30 en avion supersonique

Dans un communiqué publié fin août, la Nasa explique mener des recherches sur le potentiel d’avions de transport « hypersoniques » .

NASA - Un vol standard Londres-New York dure entre sept et huit heures, mais il pourrait un jour se réaliser en quatre fois moins de temps. C’est en tout cas ce qu’espère la Nasa, qui a accordé plusieurs millions de dollars à Boeing et Northrop Grumman pour étudier la faisabilité d’avions « hypersoniques » capables de transporter des passagers, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête de l’article.

Un avion de ligne vole en général aux alentours de 900 km/h, soit une vitesse de Mach 0,8, sachant que la vitesse du son est de Mach 1. Le Concorde, avion supersonique, volait lui à Mach 2, soit plus de 2 000 km/h.

Les avions étudiés par la Nasa voleraient entre Mach 2 et Mach 4, c’est-à-dire jusqu’à quatre fois la vitesse du son. Dans un message publié fin août sur leur site, l’agence spatiale explique avoir étudié le potentiel de tels avions pour des vols transatlantiques, étant donné que dans de nombreux pays, le vol supersonique au-dessus du territoire est fortement réglementé.

La Nasa est passée à l’étape supérieure en confiant à deux équipes menées par Boeing et Northrop Grumman des contrats d’un an visant à développer « des feuilles de routes technologiques ». Concrètement, chaque équipe devra explorer les risques et les potentiels associés à des avions dont la vitesse serait de deux à quatre fois celle du son, et identifier les technologies nécessaires à leur conception.

L’avion X-59, un avion supersonique « silencieux »

Ce n’est pas le premier programme de la Nasa s’intéressant aux avions supersoniques. Avec la mission Quesst, l’agence spatiale américaine travaille depuis des années sur une technologie permettant de dépasser le mur du son en évitant le fameux « bang » supersonique, ce bruit d’explosion qui empêche l’autorisation de vols commerciaux supersoniques aux États-Unis.

Le X-59, développé par la Nasa pour être un avion supersonique « silencieux » filant à 1,4 fois la vitesse du son, est depuis juin dernier en phase d’essai au sol. Si les tests se passent comme prévu, un prototype X-59 devrait effectuer son premier vol d'ici à la fin de l’année, et commencer à voler au-dessus de villes américaines d'ici à 2025, afin de savoir si le bruit qu’il produit dérange les habitants en dessous.

PUBLICITÉ

Néanmoins, les scientifiques mettent garde contre le retour des avions supersoniques pour des raisons autres que celles liées au bruit. En janvier 2022, l’ONG International Council on Clean Transportation avait étudié deux modèles d’avions supersoniques, concluant qu’ils consommeraient entre 7 et 9 fois plus de carburant par passager qu’un avion volant en dessous de la vitesse du son.

VIDÉO - Aéronautique : La NASA a équipé le X-59, son avion supersonique, d’un nouveau moteur

À Washington, un bang supersonique entendu après le décollage de deux avions de chasse

SpaceX en retard, la Nasa envisage de différer son retour sur la Lune et de changer d’objectif pour 2025