Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 437,35
    +230,02 (+0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 381,97
    +51,08 (+3,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Narcolepsie : un nouveau traitement à l’essai montre des résultats “spectaculaires”, selon l’Inserm

iStock / Prostock-Studio

C’est une maladie rare qui touche environ 30.000 personnes en France, soit 0,026% de la population. La narcolepsie, aussi appelée maladie de Gélineau “se traduit essentiellement par des accès irrépressibles de sommeil survenant plusieurs fois par jour, même en pleine activité” explique l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV). Parmi les conséquences de cette maladie, on note également la prise de poids, les hallucinations ou encore la paralysie du sommeil.

Pour lutter contre cette maladie, des chercheurs français travaillent pour mettre au point un traitement. Les résultats de leur “étude révolutionnaire sur un traitement prometteur”, sont publiés dans la revue New England Journal of Medicine.

Dans le cadre de leurs recherches, les spécialistes ont testé un traitement à prendre sous forme orale et développé par le laboratoire japonais Takeda. Pour comprendre les effets de ce médicament sur la maladie, il faut comprendre comment cette dernière fonctionne. Comme l’explique l’Inserm, les symptômes de la narcolepsie apparaissent du fait de la "destruction d’une catégorie particulière de neurones, ceux qui synthétisent de l’orexine autrement appelé hypocrétine, un neurotransmetteur dont le rôle principal est de stimuler l’état de veille". Au total, les chercheurs estiment à 80.000 le nombre de neurones perdus chez les narcoleptiques.

Les chercheurs ont dont donc ciblé un agoniste des récepteurs 2 de l’orexine, c’est-à-dire “une molécule qui agit comme une clé similaire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite