Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 790,30
    +201,13 (+0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 406,18
    -11,69 (-0,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Nantes-OM: "Ce sont des animaux", un témoin raconte le calvaire du supporter de l'OM agressé

Nantes-OM: "Ce sont des animaux", un témoin raconte le calvaire du supporter de l'OM agressé

Pouvez-vous raconter ce qui s'est déroulé lundi soir dans cette tribune Océane ?

Nous étions installés juste devant la personne victime d’un infarctus. Nous avons subi des jets de projectiles nous aussi, mais de façon un peu plus indirecte, puisque ce sont surtout les personnes de la rangée du dessus qui étaient visées. Dans cette tribune Océane bas, dès le premier but marseillais, des personnes sont arrivées et s'en sont pris au petit de ce couple qui était là. Ils ont commencé à l'insulter, en crachant, en jetant de la bière sur ces personnes.

Tous ceux qui étaient autour ont subi ça, moi compris. Après le but, ça a chauffé avant de redescendre en tension. Mais après ça, la tension est rapidement montée lorsque le carton rouge a été distribué (ndlr, au jeune Meupiyou Menadjou, joueur du FC Nantes). A ce moment-là, on a commencé à alerter la sécurité. Les stadiers voyaient les scènes, mais personne n’a bougé.

A quel endroit étiez-vous par rapport à la victime ?

J’étais, avec mes enfants, juste devant ce couple. Des crachats, des bières, des animaux. Des animaux, pas d’autres mots pour les définir. Dans la soirée, le papa et son fils ont dû recevoir cinq litres de bière dans la figure. Il voulait absolument protéger son fils. Les supporters, si on peut appeler ça des supporters, voulaient vraiment s’attaquer à son fils qui était avec un maillot de l’OM.

PUBLICITÉ

Le père était avec une tenue neutre. Dans cet endroit, il y avait quelques supporters marseillais, comme dans une bonne partie du stade. J’étais avec des amis supporters nantais, aussi scandalisés que moi sur cette soirée. L’infarctus de la victime arrive vers la 40e minute de la rencontre, juste avant la mi-temps. On a alerté à plusieurs reprises les stadiers, c’est ça le plus fou.

Et ensuite ?

Le monsieur a commencé à convulser, les personnes ont alerté les stadiers qui n’ont pas bougé.

Pourquoi ?

Les stadiers pensaient que c’était encore pour se plaindre des jets de projectiles. Ils ont mis au moins deux minutes avant de réagir et de voir l’état de la personne. La victime était plutôt dans un premier temps dans une situation d’une crise d’épilepsie. Il convulsait et il a fait l'infarctus quand les secours sont enfin arrivés sur place. L’intervention des secours n’a pas été rapide, pas du tout, mais alors pas du tout.

D’abord, la sécurité est arrivée pour constater l’état de la victime sans pour autant agir. C’était une scène assez impressionnante. Il y a facilement eu entre 3 et 4 minutes avant l’intervention des secours. Ils arrivent sur place, nous demande de l’espace pour agir et pour ensuite débuter un massage cardiaque. La sécurité a ensuite demandé aux personnes de vraiment quitter ce coin de la tribune.

Est-ce la scène la plus choquante de la soirée, selon vous ?

L’intervention des secours n’est pas le plus choquant, il y a aussi du monde dans un stade. Le plus choquant, c’est le fait que des personnes puissent viser un gamin. Un enfant de six ans. Le père a essayé de protéger le plus possible son fils. Le fait que la sécurité ait vu les scènes et n’ait rien fait me choque aussi. On a longtemps demandé d’intervenir. A la fin, je suis allé voir un stadier en bas pour lui dire que c’était une honte de ne pas intervenir.

Vous avez essayé d’entrer en contact avec la compagne de la victime ?

Oui, sur Twitter. Je l’ai croisé pendant la rencontre mais je ne voulais pas l’embêter avec ça. Je voulais vraiment essayer de lui dire que si elle avait besoin qu'on vienne témoigner, on sera là. Des supporters de Nantes étaient aussi choqués par ces agissements, il n’y a pas que les Marseillais. Certains autour de la victime ont quand même dit que le gamin n’avait pas qu’à avoir un maillot de l’OM. C'est toujours bizarre. Si on y repense, on se dit qu'on aurait pu faire plein de choses, on aurait pu dire aux personnes de partir, mais sur le moment on est tellement abasourdi par la scène. On se sentait menacé, il faut être clair.

Vous êtes fan de football, quelle est votre sensation après ces scènes ?

C’est immonde. Franchement que des gens se comportent comme ça, qu'on laisse se comporter des gens de cette façon-là, c’est scandaleux. Des personnes de l’entourage de la victime ont raconté que lorsque son mari était à bord de l’ambulance des supporters venaient voir, le critiquer et prendre des photos. C’était une scène et un lieu en totale insécurité. J’espère maintenant que la victime va s’en remettre. Je ne suis pas un expert, mais ce qui est clair, c’est que ce n’était pas très bien géré côté sécurité et secours.

Article original publié sur RMC Sport