Marchés français ouverture 6 h 39 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 710,25
    +164,07 (+0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    26 436,39
    -518,39 (-1,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    648,94
    +1,61 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Nantes: des mâts de vidéosurveillance détruits avec des engins de chantier

Mélanie Vecchio avec Ambre Lepoivre
·1 min de lecture
L'attaque des mâts de vidéosurveillance à Nantes, lundi 23 novembre 2020. - BFMTV
L'attaque des mâts de vidéosurveillance à Nantes, lundi 23 novembre 2020. - BFMTV

C'est un délit qui se développe de plus en plus. Lundi soir à Nantes, en Loire-Atlantique, des individus se sont attaqués avec des engins de chantier à des mâts de vidéosurveillance installés dans la ville par la mairie. Lors de leur intervention, les policiers ont été visés par des tirs de mortier d'artifices sans être touchés.

Trois jeunes alcoolisés ont été interpellés par la police tandis que d'autres ont pris la fuite à scooter. L'engin de chantier a été abandonné et retrouvé encastré dans une haie, selon une source policière à BFMTV.

"Le phénomène de détruire les caméras n'est pas nouveau. A Viry-Chatillon en 2016, des individus ont attaqué des policiers qui surveillaient des caméras qui avaient été détruites", explique Christophe Rouget, secrétaire général du syndicat des cadres de la sécurité intérieure, sur BFMTV.

Les caméras "dérangent les trafics"

Le représentant syndical précise que ces destructions sont effectuées quotidiennement par "des gangs avec des engins de chantier, des voitures-béliers, des disqueuses ou des armes à feu car elles dérangent leurs trafics".

Dimanche, c'est à Monbéliard, dans le Doubs, que ce même délit a été observé. Des mâts de vidéosurveillance ont été saccagés dans le quartier de la Petite Hollande à coups de pelleteuse volée.

"Durant près d'une heure, un conducteur a manoeuvré l'engin avec une certaine maîtrise" pour détruire ces mâts, ainsi qu'un feu tricolore, un lampadaire et des panneaux indicateurs, indique l'Est Républicain, évoquant des images relayées sur les réseaux sociaux. L'engin de chantier a ensuite été incendié et abandonné. Les auteurs n'ont pas interpelés.

Article original publié sur BFMTV.com