Marchés français ouverture 5 h 59 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 717,77
    -429,74 (-1,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    41 142,64
    -6 669,18 (-13,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 363,62
    -200,22 (-12,80 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

A Nantes, l’espoir d’un vaccin efficace contre tous les variants

·1 min de lecture

Depuis un an, des chercheurs testent le vaccin CoVepit. Les essais cliniques de phase 1 ont même déjà débuté.

Un vaccin efficace contre toutes les formes de variants du Covid-19 ? C'est sans doute le rêve de tous les Français. Alors que de nombreuses doses sont déjà sur le marché, un laboratoire français, basé à Nantes, tente de mettre au point un vaccin efficace contre tous les variants du virus, rapporte France Bleu. Ce vaccin CoVepit est élaboré en Loire-Atlantique par des chercheurs nantais et parisiens dans le laboratoire OSE Immunotherapeutics. Et selon nos confrères, une étape a été franchie ces derniers jours, puisque le vaccin est passé en essai clinique de phase 1 en Belgique, c’est-à-dire avec essais sur des patients "sains et volontaires".

Dès le début, les chercheurs se sont lancés dans un vaccin différent étant persuadés que, comme il s'agissait d'un virus, il y aurait des variants. "Les variants correspondent à l'extérieur du virus, donc nous avons essayé de développer un vaccin qui permet au corps humain de fabriquer des défenses immunitaires qui s'attaquent au cœur du virus", détaille à France Bleu le directeur d'OSE Immunotherapeutics, Nicolas Poirier. Le laboratoire ne veut pas concurrencer les autres vaccins mais "voir à plus long terme".

>> A lire aussi - Vaccin : comment Pfizer/BioNTech a pris des risques et a gagné son pari

Leur aventure a commencé pendant le premier confinement, période lors de laquelle les scientifiques ont utilisé leur "temps de cerveau disponible pour trouver une solution". Mais aujourd'hui, le laboratoire craint d'être confronté à un problème (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Le régulateur européen examine des cas de thrombose avec le vaccin Janssen
Arnaqué sur Leboncoin, un acheteur traverse la France pour se venger
Annulation des dettes publiques : "une mauvaise solution pour un vrai problème"
"A quand un logiciel de traduction du jargon administratif ?" Le clin d'œil de Philippe Eliakim
L’UFC Que Choisir veut interdire les vols à moins de 4 heures en train