Publicité
Marchés français ouverture 5 h 54 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 718,26
    +72,15 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0853
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,76 (-1,38 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 355,86
    -385,11 (-0,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 488,34
    +20,24 (+1,38 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

Nantes : Le concert du rappeur d’extrême droite Millésime K. interdit par la préfecture

©ANDBZ/ABACA

Selon la préfecture, le concert présente de trop gros « risques en matière de sécurité ». Ce n'est pas la première ville à annuler le concert du rappeur aux textes controversés.

Les 700 000 abonnés TikTok du rappeur Millésime K. seront sans doute déçus. Après une décision de la préfecture, l’artiste ne pourra pas se produire à Nantes comme c’était prévu. Selon la préfecture de la Loire-Atlantique, il existe des « risques en matière de sécurité ». En cause: cette tournée française suscite la controverse.

Le rappeur est connu pour ses chansons défendant « les Français » et ses incitations à ceux qui n’épousent pas sa vision de la France de « dégager ». Ces deux tubes, « Tricolore » et « Jeanne d’Arc », cumulent plusieurs centaines de milliers de vues sur YouTube.

Plusieurs villes refusent d’accueillir le rappeur

La préfecture a été alertée par le nombre « indéterminé » de spectateurs qui devait participer à la représentation. En cause également, « des troubles possibles à l’ordre public, renforcés par les appels à empêcher ce concert exprimés ces derniers jours ». L’arrêté actuel concerne 11 communes situées à l’est de Nantes, mais ce n’est pas la première fois que le rappeur est empêché de se produire.

PUBLICITÉ

À Grenoble ou Dijon, la tournée de l’artiste a également suscité la polémique. Plusieurs organisations syndicales et antifascistes s’étaient mobilisées à Grenoble le 10 mars dernier, avant que le concert ne soit annulé. C’était également le cas à Lyon au mois de mars. À Clermont-Ferrand, le maire Olivier Bianchi (PS) avait aussi demandé l’interdiction du...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi