La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 296,13
    -100,15 (-0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

"Name and shame" : les entreprises qui violent la loi pourront être nommées publiquement par la DGCCRF

https://www.challenges.fr/high-tech/protection-des-consommateurs-pour-l-ue-twitter-et-facebook-doivent-faire-mieux_567895

La logique du "name and shame" sera la nouvelle arme de la Répression des fraudes pour dissuader les pratiques illicites dans les entreprises.

La Répression des fraudes (DGCCRF) va désormais pouvoir "dévoiler l'identité d'entreprises sanctionnées pour toute pratique illicite", ce qui doit renforcer "son action de prévention et d'information", a annoncé la ministre déléguée notamment au Commerce Olivia Grégoire dans un communiqué vendredi.

Lire aussiPromotions trompeuses, faux avis : la lente régulation du e-commerce par l'Europe

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes pouvait déjà rendre publique l'identité d'entreprises sanctionnées s'agissant de sanctions administratives, précise l'entité dépendant du ministère de l'Economie dans ce communiqué.

Mais un décret publié vendredi, pris en application de la loi du 16 août 2022 portant mesures d'urgence pour la protection du pouvoir d'achat, a permis d'étendre les possibilités de communication de la DGCCRF, notamment pour ce qui consiste ses "mesures d'injonction".

Ces injonctions à modifier une pratique illicite, infraction à la réglementation ou clause commerciale illégale, doivent permettre de mettre fin à la pratique "dans un délai court". "Elles sont complémentaires à des sanctions financières, voire à des peines d'emprisonnement", précise la DGCCRF.

"Name and shame"

La Répression des fraudes pourra désormais rendre publiques ses injonctions aux entreprises sur l'ensemble de son champ d'action, lutte contre les pratiques restrictives de concurrence ou protection des consommateurs par exemple.

Ce, dans une logique de "name and shame", consistant à pointer du doigt publiquement des entreprises très sensibles à leur image, "afin de renforcer le caractère dissuasif des suites qu'elle met en œuvre à la suite de ses contrôles".

"Dans le cas de ses pouvoirs de 'réquisition numérique'", précise-t-elle en outre, elle "pourra ordonner le renvoi des sites frauduleux bloqués vers une page informant les consommateurs du motif du blocage". Olivia Grégoire dit dans ce communiqué souhaiter "que ces nouveaux pouvoirs pui[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi